Lisons les thèses !

Bienvenue sur le carnet Lisons les thèses ! (LLT), première plateforme entièrement dédiée à la recension des thèses françaises en sciences humaines et sociales (SHS). Inspirée de l’initiative américaine Dissertation Review, elle est conçue en complémentarité avec Thèses.fr. Dotée d’un comité de lecture, d’un comité scientifique et d’une procédure de peer reviewing, elle a vocation à fonctionner comme une vraie revue académique. 
 
Partant du constat que bien des thèses restent méconnues, sinon oubliées après la soutenance, nous souhaitons à travers ce carnet mieux faire connaître et reconnaître les thèses récentes en SHS. Parce que la thèse constitue un premier vrai travail de recherche qui mérite d’être davantage valorisée, LLT a pour vocation de lire et donner envie de lire les thèses récentes ; de susciter un dialogue entre auteurs et lecteurs de thèses ; d’animer un débat scientifique autour d’une thèse récente.
 
Derrière l’idée de recension, il ne s’agit pas de signaler et lister les thèses existantes (ce que fait déjà Thèses.fr), mais de les lire attentivement pour en donner un compte-rendu argumenté et contextualisé. Au-delà, l’objectif est d’engager une discussion avec les auteurs et de fournir aux jeunes docteurs qui le souhaitent des conseils en vue de la préparation de leur manuscrit. En parallèle, Lisons les thèses ! servira d’observatoire des thèses françaises : il publiera des données statistiques et des analyses sur les thèses récentes  (discipline, université, année, sujet), afin d’améliorer notre vision de la recherche telle qu’elle est en train de se faire et s’écrire en France.
 
En somme, ce carnet est une triple incitation à lire, à discuter et à publier, dans un esprit de transparence, de bienveillance et d’honnêteté intellectuelle.

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017), postdoctorante à Stanford University (2017-8) puis Aix-Marseille Université dans le cadre du projet ERC “Elites, Networks and Power in modern China” (2018-). Ma thèse soutenue à l’ENS Lyon en juin 2017 proposait une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949). Mes recherches actuelles portent sur l’émergence des experts, “l’influence” américaine, la naissance de la presse et d’une “opinion publique” en Chine moderne. Dans une démarche d’histoire sociale, mes centres d'intérêt englobent aussi l'histoire spatiale, les outils et méthodes numériques et l'épistémologie des sciences sociales en général.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Olivier COUSSI dit :

    Excellente initiative ! une suggestion : rajouter les Sciences de gestion et du management (section 06 du CNU) comme discipline éligible car elles font bien parties des SHS 😉 au plaisir de contribuer et/ou de lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search