Jardin tropical et quête de la biodiversité

Jardin créole dans les « Hauts » de Saint-Joseph © Clément, S. 2021. p.109

Compte-rendu de la thèse de Sébastien Clément « Jardin tropical et quête de la biodiversité. Transmission, évolution et renouvellement des pratiques et savoirs jardiniers à La Réunion », sous la direction de Serge Briffaud, Soutenue le 10 mars 2023 à l’Université de Bordeaux Montaigne. 381 pages.

Par Michel Watin1

La thèse de Sébastien Clément, soutenue en mars 2023, interroge la perception de la problématique écologique à l’Ile de La Réunion. Cette île volcanique située dans l’océan Indien, morceau de terre de 2500 km2 et culminant à 3000 m d’altitude, est souvent présentée comme un hot-spot de la biodiversité, malheureusement menacée aujourd’hui par l’activité humaine. Des campagnes de préservation, coordonnées par des organismes spécialisés, se sont certes concentrées sur les espaces faiblement peuplés des hauteurs de l’île, mais peu d’attention a été portée sur les espaces fortement anthropisés qui constituent pourtant le cadre de vie la majeures partie des Réunionnais. Le travail de thèse mené par Sébastien Clément porte sur ces espaces situés sur les planèzes et les côtes de l’île de La Réunion.

Dans la première partie de sa thèse, Sébastien Clément questionne la notion de biodiversité. Il s’écarte d’une définition strictement naturaliste de la biodiversité et l’envisage dans sa relation avec l’action humaine. Il défend ainsi une conception étendue de la biodiversité qui doit, selon lui, cesser de s’ordonner autour de la séparation des problématiques relatives aux espaces « naturels » d’un côté et « humanisés » de l’autre. S’agissant de La Réunion, il déplace ainsi la question de la préservation de la biodiversité jusque-là concentrée dans les « Hauts » de l’île2 à grand renfort de politiques publiques, vers les lieux habités, les « Bas » situés sur les versants et les côtes qui recèlent une part importante de la biodiversité insulaire, particulièrement dans les jardins créoles encore très présents de l’île.

Pour l’auteur, le jardin constitue un lieu stratégique pour une réponse adaptée aux enjeux écologiques contemporains liés l’érosion de la biodiversité que l’on peut observer à l’échelle planétaire. Le jardin serait non seulement un espace de préservation/production de la biodiversité produite par les « jardiniers », mais il constitue aussi lui le terrain privilégié d’une participation individuelle ou micro-collective à la résolution d’un problème planétaire.

A La Réunion, le jardin, appelé zardin kréol ou « jardin de kaz », occupe une partie de la kour3 qui constitue l’espace organique de la société créole. L’organisation de la kour, où se trouve la kaz, témoigne du brassage culturel, humain et biologique unique en son genre qui a forgé la société créole réunionnaise. Les jardins créoles sont des modèles de biodiversité, mais sont aujourd’hui menacés par la transformation profonde des modes d’habiter liée à l’urbanisation rapide et à l’occidentalisation de la société réunionnaise. De fait, si on assiste à une forme d’effacement du jardin créole traditionnel, il n’empêche que cet espace, même en profonde mutation, reste très présent et vivant partout dans l’île.

Sébastien Clément propose d’appeler « biodiversité cultivée » l’action des jardiniers et suggère qu’elle est le résultat d’une diversité des pratiques culturales et d’un mécanisme d’hybridation culturelle s’inscrivant dans un processus plus large que l’on nomme, dans les « Iles à sucre », « créolisation ». Sa recherche a pour objectif d’éclairer le rôle du jardin, du jardinage et des jardiniers dans la production d’une « biodiversité cultivée » entendue à la fois comme produit d’habitus culturels et de pratiques culturales spécifiques.

Pour défendre sa thèse, Sébastien Clément a réuni un important corpus de données issu de trois terrains dissociés faisant chacun l’objet d’un protocole d’enquête spécifique. Une partie des données (essentiellement quantitatives et pour partie qualitatives) a été collectée au cours des activités menées dans le cadre de l’École du jardin planétaire de la Réunion4, selon lequel la Terre est, à l’image d’un jardin, un espace clos et fini et qu’il appartient à l’homme d’entretenir et de préserver. On estime que 16 000 Réunionnais ont participé à l’Ecole du Jardin Planétaire depuis sa création.). Dans une visée d’éducation populaire, cette école a pour objectif de partager la connaissance et les savoirs sur la biodiversité, le jardin créole et le paysage. L’école organise des ateliers, des sorties terrain, des visites, des expositions, des projections de film ou des conférences… à l’issue desquelles les participants sont régulièrement interrogés sur leurs rapports à la biodiversité et leurs pratiques jardinières. Les données rassemblées dans cette partie du corpus a fait l’objet d’un traitement statistique classique.

Une autre partie des données a été collectée au cours des activités organisées dans le cadre du « Jardin expérimental »5 créé en 2020 à La Réunion à l’initiative de Sébastien Clément. Le « Jardin expérimental » est pour moitié cultivé en permaculture et pour moitié laissé en friche. La partie cultivée, le jardin, est le fruit d’une création collective nourrie des aspirations et des savoir-faire de plusieurs dizaines de jardiniers bénévoles intéressés par la biodiversité, les pratiques culturelles et le partage de savoirs. La partie laissée en friche constitue une zone témoin visant à appréhender, dans le temps, l’évolution de la biodiversité en regard de la parcelle cultivée. La position d’observateur participant a permis à Sébastien Clément d’accumuler des données qualitatives sur les pratiques, les usages, les représentations et les imaginaires des jardiniers réunionnais au moment où il s’est agît de créer et d’entretenir un jardin. Ici, l’approche relève d’une recherche-action, proche d’une démarche expérimentale.

Mais l’essentiel des données est recueillie auprès d’une vingtaine de jardiniers interviewés par l’auteur au cours d’entretiens semi-directifs menés dans différents jardins dispersés dans toute l’île. Cette démarche, inspirée de l’ethnographie, a permis de produire un corpus de données qualitatives dans lequel l’auteur a identifié des thèmes récurrents faisant émerger la vision des jardiniers réunionnais.

Au final un travail de 343 pages6 fort intéressant et agréable à lire dont il faut souligner les qualités rédactionnelles et de synthèse ainsi que le souci didactique porté par des schémas et des illustrations. L’ensemble témoigne d’un travail-passion mené en trois ans par Sébastien Clément en plus de ses activités de paysagiste libéral et d’enseignant à l’Ecole d’Architecture de La Réunion et en dépit de la crise sanitaire qui a perturbé le calendrier des entretiens.

Le travail sensible auquel nous convie Sébastien Clément nous donne à sentir la présence des jardiniers et nous emmène dans leur univers botanique affectif où la transmission des savoirs et la volonté de préserver une identité insulaire et créole s’affirme au travers des témoignages.

Face à l’effacement des « jardins de kaz », on assiste à l’émergence d’un nouveau type de jardiniers qui, tout en reprenant pour partie l’héritage des anciens, conçoivent leurs jardins à partir d’un imaginaire et d’un savoir « écologisé ». La parcelle est perçue comme recélant un pouvoir d’agir sur les désordres environnementaux globaux et devient le lieu du « pouvoir d’agir » sur l’environnement fortement désiré par les jardiniers. Elle devient le foyer privilégié de la construction d’une image de soi-même dans un aller-retour sans médiation entre une parcelle de terrain ultra-locale et l’ultra-global planétaire.

Dans le jardin s’expérimentent ainsi de nouvelles manières de faire, inséparables d’un nouveau rapport aux éléments naturels et au temps, mais aussi d’un désir de partage, de collaboration et de transmission. Le jardin apparaît alors comme « un espace laboratoire », un lieu d’expression d’un rapport au monde où il s’agit de contrôler la nature, de l’observer, mais aussi d’accompagner la nécessaire ouverture à l’innovation pour s’adapter au changement climatique. Il est le lieu d’un « bricolage inventif » fondé sur une attention au vivant dont la pertinence et l’efficience sont susceptibles de s’étendre au-delà de ses limites. La transmission des savoirs -et des savoirs-être- s’inscrit dans cette dynamique : en échangeant autour de leurs pratiques, en les comparant, en transmettant des techniques, en troquant des plantes, les jardiniers réunionnais expriment le souci d’œuvrer à l’adoption de procédés plus écologiques en matière horticole, maraichère et agricole.

A travers ces manières d’être, ces façons de faire et ces positionnements, communs aux jardiniers visités par Sébastien Clément, et que l’on peut repérer également chez les participants de l’Ecole du Jardin Planétaire comme chez les bénévoles du Jardin Expérimental, les jardiniers cultivent, maintiennent, font vivre et produisent « silencieusement » une « biodiversité cultivée ». En maintenant une « biodiversité cultivée » dans les jardins de kaz réunionnais, les jardiniers insulaires jouent, sur le triple plan écologique, social et culturel, un rôle majeur dans la protection de la biodiversité aux côtés d’organismes spécialisés qui concentrent leurs campagnes sur des espaces plus vastes et peu peuplés.

La thèse montre finalement la nécessité de reconsidérer ces espaces anthropisés auxquels les politiques environnementales et urbaines actuellement menées dans l’île n’accordent que peu d’attention. De fait, dans une perspective de développement durable et de responsabilité sociétale, la recherche doctorale menée par Sébastien Clément illustre l’endroit où doit se tenir aujourd’hui la recherche en sciences humaines et sociales, à savoir au beau milieu, en plein milieu des enjeux pour la protection de la biodiversité à La Réunion.

Métadonnées de la thèse

  • Prénom et nom de l’auteur : Sébastien Clément
  • Titre de la thèse : Jardin tropical et quête de la biodiversité. Transmission, évolution et renouvellement des pratiques et savoirs jardiniers à La Réunion
  • Université de soutenance : Bordeaux-Montaigne
  • Date de soutenance : 10 mars 2023
  • Nombre de pages : 381
  • Directeur : Serge Briffaud
  • Références Thèses.fr : https://www.theses.fr/2023BOR30003

Notes



Citer ce billet
Cécile Armand (2023, 15 octobre). Jardin tropical et quête de la biodiversité. Lisons les thèses ! Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r3c3

  1. Professeur des Universités, Enseignant à l’Ecole d’Architecture de La Réunion []
  2. Et particulièrement dans l’aire préservée d’habitations du Parc National de La Réunion, créé en 2007, qui occupe 40 % de la surface de l’île. []
  3. Dans son texte, l’auteur utilise, pour écrire en créole, les principe de la graphie dite lékritir 87 ; les mots en créole apparaissent en italique. []
  4. L’Ecole du Jardin Planétaire, implantée à La Réunion en 2014 par Sébastien Clément, s’inspire du concept de “Jardin Planétaire” imaginé et développé par le paysagiste, biologiste et écrivain Gilles Clément (sans lien familial avec S. Clément []
  5. Il est situé sur une parcelle prêtée par un maraicher à Saint-Gilles-Les-Hauts à 350 m d’altitude sur la côte ouest de La Réunion. []
  6. 343 pages de texte + annexes, soit un document de 381 pages avec 620 références bibliographiques. []

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017), mes travaux portent sur la publicité, l'histoire urbaine, les migrations intellectuelles entre la Chine et les Etats-Unis et les méthodes computationnelles appliquées à la recherche historique. Mes recherches ont reçu le soutien des fondations Chiang Ching-kuo, Coca-Cola, Andrew Mellon (Program DHAsia, Stanford), de l'Agence Nationale de la Recherche (Access ERC, ENS-Lyon) et du Conseil Européen de la Recherche (projet ENP-China, Aix-Marseille).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search