Étude et application de styles cartographiques

Compte-rendu de Jérémie Ory, Connaissances pour la conception et la perception de styles topographiques, thèse de doctorat de sciences et technologies de l’information géographique, sous la direction de Bénédicte Bucher et Sara Irina Fabrikant, soutenue à Paris-Est le 2 décembre 2016, 317 pages et 168 figures.

Par Laurent Jégou1 

La conception et la production des cartes topographiques poursuivent aujourd’hui leur évolution avec la multiplication des sources de données, des outils de conception de plus en plus distribués, ainsi que l’adaptation à des supports nouveaux (écrans mobiles, web). Par ailleurs, l’aspect visuel de la carte doit être étudié et adapté pour préserver la lisibilité et la reconnaissance des signes par les utilisateurs. Dans ce contexte, la thèse vise à formaliser la notion de style cartographique selon un modèle conceptuel, puis à l’expérimenter pour proposer des guides de rédaction cartographique appropriés et des outils logiciels d’accompagnement de la conception. Le mémoire se présente en deux grandes parties, chacune découpée en deux chapitres. La première partie s’intéresse à la définition des enjeux du sujet et à un état de l’art des représentations visuelles et des styles cartographiques. La seconde partie s’appuie sur ces résultats pour proposer une modélisation des styles et son exploitation expérimentale selon deux modalités : définir et réutiliser un style ou produire un style intermédiaire.

La première partie vise donc à faire le point des connaissances sur la notion de style cartographique, au sens des manières de représenter le territoire sur les cartes topographiques. Elle débute par l’affinement de la problématique et du contexte, dans un premier chapitre introductif, en définissant l’objet de la recherche (les cartes topographiques à grande échelle), puis partant de la présentation de constats simples (nouvelles données géographiques multiformes, nouveaux supports et usages de la carte) à leur interprétation dans des enjeux plus pointus. Ainsi, si l’utilité de la carte topographique n’est pas remise en cause, sa conception doit évoluer pour tenir compte d’une plus grande fréquence de mise à jour des informations, de nouvelles sources de données (notamment locales et en ligne) et surtout d’usages et de supports nouveaux : directement sur le terrain, en utilisant des écrans mobiles géoréférencés, sur des données variables en provenance de plusieurs sources web, avec des représentations modifiables par les utilisateurs. Ces usages correspondent à des pratiques toujours plus variées, de la découverte touristique du grand public à l’inclusion dans des systèmes de gestion de données spatiales thématiques pour la gestion territoriale. Ce nouveau contexte d’intérêt de la carte topographique a aussi fait naître de nouveaux acteurs économiques, compétiteurs des producteurs traditionnels, des administrations nationales, qui doivent adapter leurs pratiques, déjà complexes, à des systèmes informatiques modulaires (bases de données en réseau). Par ailleurs, l’objectif d’une carte tient dans la bonne transmission de l’information qu’elle contient, tributaire à la fois de sa lisibilité et de son interprétation, deux domaines dans lesquels les évolutions récentes vont provoquer des questionnements nouveaux. La problématique du travail se définit donc logiquement en conclusion de ce premier chapitre : comment faciliter la communication cartographique à l’heure où les services de conception cartographique s’appuient sur des architectures distribuées ?

Le chapitre suivant vise à fournir la base de la recherche dont le sujet vient d’être défini : un état de l’art complet et à jour sur les questions soulevées. En tant que tel, ce chapitre est une belle réussite, qui sert très directement la discipline ; les chercheur.e.s qui poursuivent le travail en sont bien aidé.e.s. En effet, la question de la lecture et de l’interprétation des cartes topographiques engage des domaines variés et touche à des problèmes anciens comme à des questions vives. Celle de la transmission du sens via des signes visuels fait intervenir les domaines de la sémiotique, des sciences de l’information et de la communication, et des travaux sur la conception cartographique elle-même. Elle s’appuie, plus profondément, sur la recherche en perception et cognition visuelles, qui a largement évolué ces dernières années, notamment pour mieux en comprendre les interprétations implicites et esthétiques. La dernière partie du deuxième chapitre rassemble ces questions dans un concept fédérateur et moteur : celui de style cartographique, manière non seulement de concevoir et de dessiner, mais aussi de reconnaître et d’utiliser ces signes comme un groupe identifiable, ancré dans un ensemble de pratiques qui évoluent et qu’on peut relier à des producteurs et des territoires, des familles cartographiques (de styles). Se pose alors la question de l’identification des propriétés visuelles et des fonctionnements synthétiques et syntagmatiques qui déclenchent cette reconnaissance des styles et celle du rapprochement entre signes visuels et interprétations des territoires liés à un style ou une famille de styles.

C’est l’objet de la deuxième partie, qui se charge de modéliser le concept de style en définissant plus précisément ceux de signature visuelle et de famille cartographique qui sous-tendent celui de style, puis en proposant une mise à l’épreuve pratique au travers d’une large enquête et d’une expérimentation. Le troisième chapitre précise et définit les notions centrales de style, de signature visuelle et de famille à partir d’une étude de cartes et de l’observation / enquête des pratiques d’utilisateurs sur des exemples précis de signes. Ce chapitre propose une synthèse novatrice et très utile sur les bases visuelles caractéristiques des styles, selon les deux familles étudiées (IGN France et SwissTopo), les thématiques (routes, bâti, occupation du sol, hydrographie, relief, tourisme, toponymie) et les propriétés formelles des signes (forme, couleur, texture et typographie). Il est important de noter que cette deuxième partie, appuyée sur l’état de l’art et la définition de concepts, représente l’expérimentation et la mise en œuvre effective des résultats dans un objectif concret bien défini et illustré : l’intégration des résultats aux pratiques de production sous la forme de méthodologies rigoureuses et d’extension des outils de production informatisés. Ainsi, la relation est directe et rapide entre l’approche conceptuelle et théorique et la proposition concrète de procédures d’analyse et de production informatiques, par l’intermédiaire de schémas logiques et de descriptions de procédures qui émaillent le mémoire. Le tout est ensuite mis à l’épreuve au moyen d’une large enquête, dont le protocole et les résultats sont décrits au chapitre quatre. Cette enquête vise à évaluer la reconnaissance visuelle des signes cartographiques par les participants, notamment pour ce qui est du rôle de la toponymie et de la typographie et la mémorisation de ces signes en lien avec la famille cartographique annoncée. Le protocole d’enquête est clairement présenté et argumenté, avec la description des méthodes de sélection des panels et des moyens utilisés pour prendre en compte les différents biais que peut présenter ce type d’enquête. La forte influence (supposée et vérifiée) des noms de lieux et des formes de paysages sur l’interprétation des cartes et de leurs styles a été intelligemment prise en compte en choisissant des lieux-supports, des terrains, intermédiaires entre deux familles cartographiques (France et Suisse), entre deux types de paysages (plaine et montagne), permettant ainsi de produire des pseudos-lieux assez ambigus pour neutraliser ce biais.

Les résultats sont détaillés et argumentés, puis synthétisés de manière très claire. Les caractéristiques de signature visuelle des styles sont ainsi illustrées, structurées et quantifiées, comparées. Le travail ne s’arrête pas là et la deuxième partie du quatrième chapitre propose une mise en application, au travers de la présentation de méthodes pour l’intégration à des guides de rédaction cartographique tels que ceux qui sont en production actuellement. Ces méthodes permettent la reconnaissance et la reproduction des propriétés visuelles caractéristiques, sur la base d’exemples. Elles peuvent aussi être utilisées pour la production de nouvelles cartes, intermédiaires entre deux familles, par exemple pour les zones frontalières ou les appliquer à des territoires non couverts précédemment. Ces résultats sont illustrés, discutés et proposés sous la forme d’une étude de conception pour un prototype de greffon informatique de l’outil de recherche-production de l’IGN (qui vise à appliquer et éprouver des évolutions des outils de production internes de l’institut).

La conclusion synthétise utilement la recherche et offre des perspectives de recherche intéressantes, notamment sur l’application à d’autres types de référentiels cartographiques (3D, image, mixte… en lien avec d’autres travaux, par exemple sur la production de continuums entre photographies aérienne et cartes, par Charlotte Hoareau).

Cette thèse représente donc, en définitive, une importante contribution à la réflexion sur le fonctionnement cartographique, la manière dont les cartes transmettent leur information et sont utilisées, et sur les moyens d’en tenir compte pour produire des documents qui sont lisibles et adaptés aux usages actuels. La portée du travail, dans un premier temps théorique, conceptuelle puis pratique et très opérationnelle, ne peut qu’impressionner et être donnée en exemple aux chercheur.e.s qui débutent. La description des méthodes et la clarté de la présentation font que les résultats sont directement réutilisables et intégrables à d’autres travaux. En cela, cette thèse est, là aussi, un réel apport à la recherche. Il faut, enfin souligner la très abondante illustration du travail, d’un niveau de qualité professionnel, qui offre une lecture très agréable et permet la bonne compréhension de concepts évidemment éminemment visuels.

Sources et données primaires

N/A, ou cartes topographiques IGN et SwissTopo.

Métadonnées de la thèse

Nom, Prénom de l’auteur : Jérémie Ory

Titre de la thèse : Connaissances pour la conception et la perception de styles topographiques

Université de soutenance : soutenue à Paris-Est

Date de soutenance : le 2 décembre 2016

Nombre de pages : 317 (168 figures).

Directrices : Bénédicte Bucher et Sara Irina Fabrikant

Référence Thèses.fr : https://www.theses.fr/2016PESC1058

Notes

  1. Maître de conférences, Université de Toulouse-Jean Jaurès, UMR LISST du CNRS, équipe Cieu, jegou@univ-tlse2.fr, https://ljegou.github.io/ []

Laurent Jégou

Enseignant-chercheur en géographie et géomatique, Univ. Toulouse-Jean Jaurès et UMR LISST-Cieu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search