Napoléon à Sainte-Hélène

François Joseph Sandmann, Napoléon à Sainte-Hélène, [tableau], 1820, (C) RMN-Grand Palais (musée des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau), https://art.rmngp.fr/fr/library/artworks/francois-joseph-sandmann_napoleon-a-sainte-helene_aquarelle_1820

Compte-rendu de Florian Coppée, Napoléon à Sainte-Hélène, légendes et réalités, de 1815 à nos jours, thèse de doctorat d’histoire, sous la direction de François Pernot, soutenue à l’Université Paris-Seine//Cergy-Pontoise, le 8 décembre 2018, 668 pages.

Par Alexandre Ruelle1

Figure incontournable de l’histoire de France et de l’Europe, Napoléon a fait l’objet de plus de livres que de jours écoulés depuis sa mort (p. 3). En effet, l’intérêt au personnage et à sa famille demeure intact. En témoigne La Saga des Bonaparte de Pierre Branda (2018) particulièrement apprécié du grand public. Pourtant, les années d’exil passées sur Sainte-Hélène, île britannique perdue entre le Brésil et la Namibie, paraissent souvent « vides et ternes » (p. 4) aux yeux des historiens. Or, c’est depuis ce petit caillou de l’Atlantique Sud à 7 000 kilomètres de la France métropolitaine que la légende napoléonienne s’est en partie forgée. Ainsi, la présente thèse retrace la vie de l’empereur déchu en levant le voile sur les projets d’évasion et d’enlèvement2 souvent oubliés des spécialistes, à l’exception de Raoul Brice (Espoirs de Napoléon à Sainte-Hélène, 1938) et d’Emilio Ocampo (The Emperor’s Last Campaign : A Napoleonic Empire in America, 2007). Elle propose de réinterroger la légende de Sainte-Hélène à travers les diverses rumeurs véhiculées par les bonapartistes comme par les royalistes, tous obnubilés par la captivité et une possible évasion de Napoléon.

La présente thèse s’articule en trois parties, elles-mêmes divisées en quatre chapitres chacune : la première interroge l’apparition et le développement de ces rumeurs face à l’état d’esprit contradictoire des Français du vivant de Napoléon ; la seconde s’intéresse aux plans d’évasion et de libération hypothétiques de l’ex-empereur qui finit par mourir sur l’île en 1821 ; la troisième, dans une logique de longue histoire jusqu’à nos jours, revient sur les multiples représentations de cette captivité à travers les arts – littérature et peinture contemporaines comme postérieures à l’exil, cinéma – qui sont autant de « miroirs déformants » (p. 21) faisant revivre la légende napoléonienne.

Après avoir rappelé les origines du choix de Sainte-Hélène comme nouvelle résidence de l’empereur déchu, le chapitre 1 fait état des opinions divergentes sur une captivité perçue comme une réelle menace par la Restauration : les Cent-Jours restent dans les esprits et, même à plusieurs milliers de kilomètres sous surveillance britannique, Napoléon demeure l’homme des retours les plus improbables. Le second montre l’impact de la rareté d’information officielle émise depuis Longwood House, maison de l’empereur, sur l’imaginaire des Français qui, à défaut de vivre en temps réel les péripéties de leur ancien souverain, sont perdus face à des rumeurs contradictoires. Ces dernières entretiennent l’espoir d’un nouveau retour pour les uns comme une réelle peur pour les autres. Le troisième revient sur l’ensemble de ces bruits que le gouvernement de Paris – et celui de Londres d’ailleurs – s’évertue à censurer à l’exemple des « faux Napoléon » qui prétendent s’être évadés de Sainte-Hélène et se font passer pour l’ex-empereur : leur arrivée en France provoque bien des agitations susceptibles d’embraser le royaume comme l’a montré Nathalie Pigault (Les « Faux Napoléon », 2018). Le chapitre 4 se concentre sur les réactions immédiates des Français face à la mort de Napoléon, notamment des Bonapartistes nostalgiques du temps de l’Empire : une partie se réfugie dans la thèse « survivantiste » du général Malmort quand d’autres crient à l’empoisonnement en s’appuyant sur certains témoignages des habitants de l’île. Clôturer la première partie par ce décès, abordé plus loin à travers la littérature, permet à l’auteur de dresser le bilan sur les rapports que les Français ont eus avec le captif dont la « disparition interrompt certains mythes et en fait naître d’autres » (p. 193) au cours de l’année 1821. Le cinquième chapitre expose les enjeux capitaux de l’étroite surveillance de l’empereur et de ses partisans car Britanniques et royalistes redoutent un nouveau retour. Le chapitre 6 retrace les projets de Bonapartistes exilés aux États-Unis pour faire évader Napoléon sur le continent américain, pied à terre idéal pour reconstruire un nouvel empire. Le chapitre 7 revient sur l’échec de plusieurs de ces complots dont les plus significatifs ont été pensés en 1817 : la machination de Jacques Roul, le voyage raté au Pernambouc – Brésil – ou encore la création du Champ d’asile, État chimérique fondé au Texas par les frères Lallemand éventuellement pour y accueillir l’ex-empereur. Dans son huitième chapitre, l’auteur explique les raisons de ces échecs : le Corse n’a jamais souhaité s’enfuir car, au moins jusqu’en 1818, il espère regagner l’Europe ou l’Amérique en toute légalité avec l’accord des Britanniques. Les chapitres 9 et 10 analysent l’image de cet exil à travers les arts et la littérature qui dépeignent tantôt un ogre à enchaîner, tantôt un homme providentiel. Le chapitre 11 reconsidère la mort de Napoléon immortalisée par toute une série de fictions uchroniques et fantaisistes relayant les rumeurs dès 1821. Enfin, le dernier chapitre étudie l’image de l’ex-empereur à travers le prisme du cinéma qui, comme l’a souligné la synthèse dirigée par le réalisateur Jean-Pierre Mattei Napoléon et le cinéma (2002), aspire à faire revivre un personnage historique idolâtré par les uns, décrié par les autres.

Focalisant ses recherches sur la période 1815-1821, Florian Coppée a multiplié les angles d’approche – politique, diplomatique, social et culturel – dans le cadre d’une démarche originale révisant les mythes napoléoniens et reconsidérant l’importance des projets d’évasion. Ainsi retrace-t-il les origines, les parcours, ainsi que les impacts de ces derniers sur la vision des contemporains et sur la mémoire collective a posteriori, toutes les deux tiraillées entre faits avérés et aventures fantasmées. Pour ce faire, il s’appuie sur un vaste panel de sources manuscrites et imprimées : correspondances politiques des Archives des Affaires Etrangères renseignant sur les projets de libération, rapports du ministre de la police et fonds privés des Archives nationales dévoilant l’incertitude des Français, mémoires et correspondances des compagnons de l’ex-empereur soucieux de raconter la vie de celui-ci, journaux de l’époque… Ainsi, la vision française de la captivité de Napoléon est au cœur de ce travail. À cela s’ajoute l’étude de romans de fiction, de peintures, de caricatures, de gravures ou encore de films réalisés a posteriori. Dans la troisième partie, la présence d’illustrations renforce les propos de l’auteur sur la représentation complexe de l’exil. Parmi elles, l’estampe Proposition de Constitution aux Habitants de l’Ile Saint Hélène par l’Ex Empereur et Roi (1815)3 tournant en dérision le captif devenu le souverain de souris mérite une attention particulière. Sur le plan historiographique, le présent travail se place dans la lignée des travaux de Paul Ganière et Jacques Macé sur Sainte-Hélène, ceux de Thierry Lentz sur la mémoire napoléonienne, ceux de François Ploux sur les rumeurs autour de l’exil et, de façon plus générale, interroge les mythes napoléoniens présentés par Jean Tulard.

Florian Coppée propose un travail de grande ampleur dont l’objet s’inspire du storytelling cher aux Anglo-saxons : pour reconstituer l’histoire de l’exil à Sainte-Hélène, l’auteur cherche à comprendre la construction des récits, écrits comme oraux, de l’épopée napoléonienne alimentée par toute une série de bruits de couloir contraires qui, loin d’être sans fondement, seraient autant de mythes fondés sur les réalités de l’époque. Ce faisant, il déconstruit toutes ces rumeurs, même les plus enracinées dans la mémoire collective comme celui d’un Napoléon humilié par les Anglais, pour réhabiliter la réalité historique entachée par des comploteurs ayant bien souvent « laissé peu de traces » (p. 19). Ces fausses nouvelles renvoient à tout un imaginaire fantasmé par les Français qui, pendant l’exil et même après la mort de l’ex-empereur, ignorent tout d’un lieu lointain, inconnu et incompris, malgré la masse des écrits. D’ailleurs, l’historien n’oublie pas que ces projets d’évasion, ou plutôt ces vagues « échanges verbaux » (p. 444) entre Bonapartistes, sont des distorsions de la réalité faisant partie de la légende napoléonienne qui aurait sans doute été plus terne en l’absence de toutes ces fictions, les unes plus folles que les autres. Irréalistes pour la plupart, ces projets soulignent l’échec des Bourbons comme des Anglais de faire oublier le prestige du Corse, ainsi qu’une envie partagée par de nombreux Français après 1815 : poursuivre l’épopée napoléonienne et rétablir l’Empire. Avec le temps, ces rumeurs sont devenues en quelque sorte une réalité historique, parallèle aux faits avérés et sans laquelle le souvenir de Napoléon reste insaisissable, voire inexact : par sa portée, la fiction littéraire s’est substituée à la réalité et propose sa version de l’histoire de l’empereur déchu, sans doute plus importante que les faits. Enfin, rendant compte de la diversité des opinions des Français, Florian Coppée fait coexister les légendes dorée(s) et noire(s) et prolonge ainsi les pistes de réflexion de Jean Tulard (L’Anti-Napoléon, la légende noire de l’Empereur, 2013).

Au final, la présente thèse relève la part d’incertitude d’un tel sujet et offre une lecture indispensable à ceux qui s’intéressent au récit napoléonien construit à partir de mythes et de bruits en tout genre lors de l’exil comme au lendemain du décès du proscrit. Chacune de ces rumeurs contribue à sa manière à forger la légende de l’ex-empereur. On ne peut qu’espérer une publication prochaine de ce beau travail de recherche qui n’attend plus qu’à être diffusé dans le monde universitaire des Sciences humaines.

Sources primaires

1) Sources manuscrites :

  • Archives des Affaires étrangères (La Courneuve) : fonds Correspondance politique Angleterre, Espagne, Etats-Unis, Rome…
  • Archives nationales (Pierrefitte-sur-Seine) : fonds Gourgaud, Napoléon, police générale…
  • Archive du Service Historique de la Défense (Vincennes) : fonds Guerre, Officiers généraux.
  • Bibliothèque nationale (Richelieu, Paris) : Manuscrits Anglais.

2) Mémoires et correspondances de Henri-Gatien Bertrand, Robert Stewart (vicomte Castlereagh), Joseph Bonaparte, Hudson Lowe, Emmanuel Las Cases, Bary Edward O’Meara, Clément Metternich, Charles Montholon, Hyde de Neuville,  Armand-Emmanuel du Plessis de Richelieu, Étienne-Denis Pasquier…

3) Périodiques et bulletins de loi : Le Conservateur, Le Moniteur, Journal de Paris, Journal des débats, La Renommée, Bibliothèque historique

4) Auteurs de fiction littéraire : Honoré de Balzac, Alexandre Dumas, Victor Hugo, Emile Marco Saint-Hilaire, Henri Beyle (Stendhal)…

5) Films et émissions de télévision sur Napoléon.

Métadonnées de la thèse

Nom, Prénom de l’auteur : Coppée, Florian

Titre de la thèse : Napoléon à Sainte-Hélène, légendes et réalités, de 1815 à nos jours

Université de soutenance : Université Paris-Seine//Cergy-Pontoise

Date de soutenance : 8 décembre 2018

Nombre de pages : 668

Directeur principal : François Pernot

Référence Thèse.fr : http://www.theses.fr/2018CERG0927

Références

Aubry, Octave. Napoléon et son temps. Sainte-Hélène.Paris : Flammarion, 1935.

Boudon, Jacques-Olivier. Napoléon à Sainte-Hélène : de l’exil à la légende. Montréal : Fides, 2000.

Arjuzon, Antoine d’. Castlereagh (1761-1822) ou le défi à l’Europe de Napoléon, Paris : Tallandier, 1995. 

Chevalier, Bernard, Dancoisne-Martineau, Michel, Lentz, Thierry. Sainte-Hélène, île de mémoire, Paris : Fayard, 2004.

Ganière, Paul. Napoléon à Sainte-Hélène. Paris : Perrin, 2015.

Lentz, Thierry. Nouvelle histoire du Premier Empire : les Cent-Jours, 1815. Paris : Fayard, 2010.

Lentz, Thierry, Macé, Jacques. La Mort de Napoléon: mythes, légendes et mystères. Paris : Perrin, 2012.

Macé, Jacques. Dictionnaire historique de Sainte-Hélène. Paris : Tallandier, 2016.

Mattei, Jean-Pierre. Napoléon et le cinéma, un siècle d’images. Ajaccio : Alain Piazzola, 2000. 

Noirot, Paul. Napoléon Bonaparte, la littérature enivrée. Paris : Maisonneuve et Larose, 1999. 

Petiteau, Natalie. Napoléon, de la mythologie à l’histoire. Paris : Seuil, 2004.

Ploux, François. De bouche à oreille : naissance et propagation des rumeurs dans la France du XIXe siècle. Paris : Aubier, 2003.

Ploux, François, « L’imaginaire social et la politique de la rumeur dans la France du XIXe siècle (1815-1870) », Revue historique, n°614, 2000, p. 395-434.

Tulard, Jean. Le Mythe de Napoléon. Paris : Armand Colin, 1971.

Tulard, Jean. Napoléon et les mystères de Sainte-Hélène. Paris : Archipel, 2003.

Tulard, Jean. Napoléon, les grands moments d’un destin. Paris : Fayard, 2006. Veyrat-Masson, Isabelle, Chanteranne, David. Napoléon à l’écran : cinéma et télévision. Paris, Nouveau monde éditions, 2003. 

Notes

  1. Docteur en histoire moderne de l’Université Paris-Seine//Cergy-Pontoise, chercheur rattaché au laboratoire AGORA EA 7392 et professeur d’Histoire-Géographie au lycée Alfred Kastler (Cergy), alexandre.ruelle@hotmail.fr, page personnelle academia. []
  2. L’auteur avait déjà abordé les projets d’évasion conçus par les officiers bannis de France après les Cent-Jours : Coppée, Florian. Les Officiers exilés par l’ordonnance du 24 juillet 1815. Mémoire de Master 2 sous la direction de Pernot, François, Université de Cergy-Pontoise, 2013-2014. []
  3. Peut être consultée sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6954933z.item []

Alexandre Ruelle

Docteur en histoire moderne de l’Université Paris-Seine//Cergy-Pontoise (laboratoire AGORA EA 7392), je suis aussi professeur au lycée Alfred Kastler (Cergy) et vacataire dans mon université d’origine au sein de laquelle j'ai obtenu un contrat doctoral en 2014. En juin 2018, j'ai soutenu sous la direction de François Pernot une thèse sur la construction territoriale du Piémont-Savoie et l’affirmation de celui-ci comme acteur de la géopolitique européenne aux XVIe-XVIIIe siècles. De façon plus générale, mes travaux portent sur l’histoire de la maison de Savoie et ses relations diplomatiques avec la France, sur l’évolution des frontières du Piémont-Savoie, ainsi que sur la géohistoire de l’Europe d’entre-deux et des Alpes occidentales.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search