La controverse postcoloniale en France

« Épisode de la conquête de l’Algérie en 1837 » de Horace Vernet

Compte-rendu de Anne-Claire Collier, 2018, « Le moment français du postcolonial. Pour une sociologie historique d’un débat intellectuel », Thèse de doctorat en sociologie, sous la direction de Stéphane Dufoix, soutenue 28 juin 2018, Université Paris-Nanterre. 780 pages.

Par Emir Mahieddin1

À l’automne 2018, Le Point publiait une tribune signée par 80 personnalités dénonçant la supposée menace d’une hégémonie des théories « décoloniales » dans les universités françaises. Le journal réveillait ainsi le spectre d’un débat houleux dans l’Hexagone. La thèse d’Anne-Claire Collier tombe à point nommé pour éclairer la construction sociale de ce type de controverses idéologiques et théoriques. Cette thèse constitue une plongée passionnante dans la sociologie politique et conceptuelle des débats autour de la notion de « postcolonial » dans l’espace savant français contemporain. Elle propose une analyse minutieuse des enjeux et des conditions de possibilité de traduction et de circulation de cette notion éminemment polysémique – ce qui en fait un objet propice à la controverse. Croisant méthodes qualitatives et quantitatives, l’auteure a analysé les dynamiques de publication et de circulation dans les productions académiques et les articles de presse, en proposant une sociologie de l’espace savant qui comprend aussi bien le monde académique stricto sensu que l’espace associatif et partisan, les mondes des musées, de l’édition scientifique et de la traduction. L’étude, à l’articulation entre sociologie de la connaissance, anthropologie des sciences, sociologie de la traduction et sociologie politique, est basée sur l’analyse d’un vaste corpus bibliographique aussi bien anglo-saxon que francophone et sur des entretiens avec les principaux acteurs du débat postcolonial en France et aux États-Unis.

Dans son introduction, l’auteure expose son cadre théorique et méthodologique. Elle place au cœur de sa problématique la notion de traduction définie comme « déplacement inachevé ». Les concepts s’y gorgent de sens nouveaux, non sans générer des malentendus productifs. Loin de toute approche normative ou essentialiste quant à la signification du terme « postcolonial », A.C. Collier propose une approche généalogique de la notion en remontant la chaine de sa formation et de sa circulation, entrainant inévitablement des opérations de requalification et de re-sémantisation en fonction des contextes dans lesquels elle est convoquée. L’auteure choisit de ne pas définir le terme postcolonial, mais de faire valoir la plurivocité et l’équivocité de ses usages. Elle insiste sur le fait que le sens de cette notion n’est jamais véritablement figé et se construit de manière dynamique, dans les interactions que constituent les moments polémiques (colloques, publications de dossiers thématiques, tribunes dans la presse, etc.). Collier isole ainsi les conditions de possibilités de traduction et de circulation du terme de même qu’elle repère les enjeux sociaux et politiques que révèlent les controverses qui s’y rapportent. Elle montre comment la question migratoire et les thèmes de la banlieue et de l’islam sont enchevêtrés dans la question coloniale lors de la constitution française du débat postcolonial, révélant la dimension bien locale de l’appropriation de ce dernier. La sociologie intellectuelle de la notion de postcolonial est ainsi au cœur d’une sociologie politique du temps présent, celle d’une société française prise dans la globalisation. Loin d’être un processus d’homogénéisation, cette dernière se présente comme une vaste chaine de réinterprétations sélectives et localisées de matériaux et de discours globalisés, ce à quoi les corpus savants n’échappent pas.

La première partie de la thèse traite des « conditions de possibilité » d’émergence d’un débat qualifié de postcolonial en France, en prenant en compte trois espaces : politique, intellectuel et savant. Le premier chapitre revient sur les tensions liées à la politisation de la question migratoire depuis les années 1970, entre demande de reconnaissance des minorités de l’« Outre-mer » et issues de l’immigration (rhétorique du traumatisme et du devoir de mémoire, luttes antiracistes), et cristallisation politique autour de la notion d’identité nationale (rhétorique de l’intégration, montée du Front national). Ces tensions constituent le contexte de réception des Postcolonial Studies, émergeant en France dans les années 1990-2000, non sans résistance. Le deuxième chapitre se concentre sur l’espace savant – celui restreint des universitaires – et l’émergence du terme « postcolonial » dans les revues scientifiques. Collier revient sur le renouvellement des sciences sociales à travers les problématiques de la colonisation, de l’immigration, du racisme, la croissance de l’intérêt pour le point de vue des « dominés » et la formation de réseaux de recherches internationaux sur la globalisation. Elle souligne que la résistance de certains chercheurs français n’est pas le résultat d’une ignorance mais de désaccords scientifiques et idéologiques. Les auteurs du postcolonial ont en effet été introduits dans les réseaux français, dès les années 1990, par l’intermédiaire de chercheurs travaillant sur l’Inde et l’Asie du Sud-Est et à travers les études sur la globalisation. En France, les études coloniales font obstacle aux Postcolonial Studies : héritières de Balandier, elles jugent ces perspectives trop littéraires ou trop politisées. Le troisième chapitre propose une analyse de ces questions dans l’espace intellectuel – celui plus large de la production et de la distribution de la culture – et se concentre sur des « lieux hybrides » à la croisée des espaces académique, culturel et politique : des revues et maisons d’éditions (comme Présence Africaine), l’Association pour la connaissance de l’histoire de l’Afrique contemporaine (ACHAC), les associations de mémoires et le Musée de l’immigration. Ce sont ces lieux hybrides, lieux de rencontre, qui permettent la circulation et la réfraction des idées depuis l’université jusque dans l’espace du débat politique, notamment par le travail de figures de passeurs, dites « multi-positionnelles », qui se déplacent entre différents mondes sociaux, ce qui décloisonne le débat postcolonial de l’arène académique.

La deuxième partie s’intéresse à la traduction du postcolonial en France et à sa circulation au-delà de l’espace universitaire. Le quatrième chapitre traite ainsi de la trajectoire éditoriale de l’œuvre d’Edward Saïd en langue française, qui n’a pas été sans difficultés pour cet auteur pourtant mondialement reconnu. Il est également question de la circulation du postcolonial dans les études de littérature comparée, ainsi que des effets de marquage et de marginalisation sur la circulation des œuvres de Mamadou Diouf et Achille Mbembe, tous deux inscrits dans des trajectoires de mobilité dans les mondes anglo-saxons et considérés comme des précurseurs du postcolonial en France. Dans son cinquième chapitre, l’auteure revient sur la crise politique de l’année 2005 et notamment l’épisode dit des « émeutes » de banlieues, véritable point de bascule dans la traduction du postcolonial. La recherche d’une grille de lecture pour éclairer les problématiques de la société française contemporaine dans une logique présentiste d’intensification des activités de définition de la situation, ouvre de nouveaux possibles en termes de réappropriations intellectuelles : on assiste à l’augmentation des traductions de figures anglophones du postcolonial. Des coïncidences de calendriers législatifs (lois sur les « effets positifs de la colonisation »), militants (fondation du CRAN et des Indigènes de la Républiques) et intellectuels (colloques sur la mémoire de la colonisation) avec les manifestations dans les banlieues suite aux décès de Zyed Benna et Bouna Traoré, achèvent d’imposer le vocable et le raisonnement postcolonial en France. Collier accentue ainsi l’idée selon laquelle le débat n’a pas lieu en vase clos et que son intelligibilité ne peut faire l’économie d’une analyse des conditions historiques et politiques de son façonnement. Le sixième chapitre analyse sept numéros de revues ayant proposé un dossier thématique sur le postcolonial, publiés en 2006-2007. Collier analyse la trajectoire historique des revues, et le rôle des figures de passeurs et de contempteurs de la critique postcoloniale, porteurs d’approches qui s’avèrent diversifiées et divergentes. Les revues qui y consacrent des numéros ces années-là sont aussi des espaces hybrides, des revues pluridisciplinaires, dites « intellectuelles », où se croisent chercheurs et militants politiques, ce qui influence évidemment la réception des raisonnements associés au postcolonial. Le septième chapitre se concentre sur le rôle des éditeurs dans la construction du label postcolonial en France. On retrouve des analyses du travail des éditions Payot, Amsterdam et La Découverte, mais il est aussi question de Maspero, La Fabrique et Karthala dans le cours de la thèse. Au-delà des effets des contraintes imposées par le marché du livre, qui peuvent amener à un brouillage des définitions du postcolonial, Collier s’intéresse au rôle des traducteurs, « figures de l’ombre » de la circulation des ouvrages anglo-saxons vers l’espace français.

Enfin, la troisième partie porte sur ce que l’auteure nomme le « jeu des controverses » et s’attache à en établir la cartographie. Collier montre ainsi l’existence des rapports de force et des polarisations préalables entre les acteurs engagés, que la polémique ne fait que révéler et mettre en scène, soulignant la théâtralité de l’activité universitaire. Elle se concentre sur les années fortes de la controverse sur le postcolonial : 2005-2010. Là encore, on n’échappe pas aux débordements vers l’espace politique, déploiement parfois utilisé comme stratégie dans le débat ; tout comme les tentatives de re-cloisonnement dans l’espace scientifique. Le huitième chapitre de la thèse propose ainsi d’analyser cinq moments de l’affrontement savant, notamment la réception des ouvrages édités par l’ACHAC, l’organisation du colloque « Que faire des postcolonial studies ? » en 2006, et les interventions de J.-L. Amselle et J.-F. Bayart dans le débat. Le neuvième chapitre met en place une analyse des réseaux de citation afin d’esquisser une spatialisation de la traduction et de la controverse. Il éclaire les effets de proximité et de distance intellectuelles entre 115 des acteurs du débat. Etablissant une typologie des acteurs de la controverse, elle montre les effets des conditions sociales et des capitaux symboliques des acteurs sur leurs prises de position ainsi que les effets d’étiquetage et de stigmatisation dont relève le qualificatif de postcolonial. Le dixième chapitre porte sur les arguments eux-mêmes de la controverse. On entrevoit des acceptions divergentes, voire opposées, de la science et du rôle politique des intellectuels. Le postcolonial est critiqué pour son contenu, mais il semble avant tout faire l’objet de suspicion quant à son instrumentalisation.

Cette excellente thèse, rigoureuse, riche et éclairante, offre une grille d’intelligibilité efficace pour comprendre la circulation et la réception du postcolonial en France. Sa méthodologie pourrait sans aucun doute être applicable à l’analyse d’autres controverses intellectuelles. Au-delà, elle est exemplaire pour étudier la constitution des idées dans les espaces savants. Dans le cadre des recherches sur les études postcoloniales, elle s’avérera un complément indispensable aux recherches de François Cusset sur la circulation transatlantique des théories intellectuelles (cf. French Theory) et à la sociologie des intellectuels postcoloniaux proposée par Thomas Brisson dans son ouvrage Décentrer l’Occident (2018). En proposant de reconstituer l’histoire de ce qui apparaît comme un champ, le champ français du postcolonial, cette thèse participe par là-même de son édification comme tel et de sa routinisation. Elle intéressera les étudiants et les chercheurs en sciences sociales aussi bien que les militants associatifs et politiques.


Sources et données

1) Entretiens avec les protagonistes du postcolonial : Achille Mbembe, Arjun Apparudurai, Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, Catherine Coquery Vidrovitch, Jean-François Bayart, Marie-Claude Smouts, etc.

2) Programmes et archives sonores de colloques organisés dans les années 2000, en France et aux USA sur le postcolonial, l’immigration, etc.  

3) Graphiques réalisés par l’auteure : statistiques de publication d’ouvrages et de discours présidentiels entre 1950 et 2005 portant sur l’identité nationale, le communautarisme, le multiculturalisme, etc.

4) Pétitions, manifestes et articles de presses publiés autour de la controverse postcoloniale.

5) Numéros de revues sur le postcolonial en 2006-2007: Labyrinthe, Mouvement, Hérodote, Contretemps, Rue Descartes, Dédale et Esprit.

Métadonnées de la thèse

Nom et prénom de l’auteure: COLLIER Anne-Claire

Titre de la thèse : « Le moment français du postcolonial. Pour une sociologie historique d’un débat intellectuel »

Université de soutenance: Paris-Nanterre

Date de soutenance : 28 juin 2018

Nombre de pages : 780 pages (incluant annexes)

Directeur principal : Stéphane Dufoix

Référence Thèses.fr : http://www.theses.fr/2018PA100045

Références

Amselle J.-L., 2008, L’Occident décroché. Enquête sur les postcolonialismes, Paris, Stock.

Bancel N., Bernault F., Blanchard P., Boubeker A., Mbembe A., Vergès F. (dirs.), 2010, Ruptures postcoloniales. Les nouveaux visages de la société française, Paris, La Découverte.

Bayart J.-F., 2010, Les études postcoloniales. Un carnaval académique, Paris, Karthala.

Blanchard P., Bancel N., Lemaire S., 2005, La fracture coloniale. La société française au prisme de l’héritage colonial, Paris, La Découverte.

Brisson T., 2018, Décentrer l’Occident. Les intellectuels postcoloniaux, chinois, indiens et arabes et la critique de la modernité, Paris, La Découverte.

Cusset F., 2005, French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis, Paris, La Découverte.

Diouf M. (dir.), 1999, L’historiographie indienne en débat: colonialisme, nationalisme et société postcoloniale, Paris, Karthala.

Mbembe A., 2000, De la postcolonie. Essai sur l’imagination politique dans l’Afrique contemporaine, Paris, Karthala.

Smouts M.-C. (dir.), 2007, La situation postcoloniale. Les postcolonial studies dans le débat français, Paris, Presse de Science-Po.

Notes

  1. Anthropologue. Chargé de recherche au CNRS. Membre du CéSor, EHESS, Paris. Chercheur associé au Religion & Society Research Centre, Université d’Uppsala, Suède. Adresses mail : emir.mahieddin@ehess.fr / emir.mahieddin@crs.uu.se

Emir Mahieddin

Emir Mahieddin est anthropologue, chargé de recherche au CNRS et membre du CéSor (EHESS). Ses travaux portent sur les pentecôtismes et christianismes évangéliques en Suède. Il coordonne le projet "Pentecostal Migrants in Secular Sweden" (2019-2022) avec Katarina Westerlund, au sein du Religion and Society Research Centre où il est chercheur associé. Il est l'auteur de Faire le travail de Dieu. Une anthropologie morale du pentecôtisme en Suède, Paris, Karthala.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 04/10/2019

    […] moment français du postcolonial. Pour une sociologie historique d’un débat intellectuel » : https://ltshs.hypotheses.org/525 (par Emir […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.