La fabrique du document carte

Compte-rendu de Nathalie Joubert, La fabrique du document carte : vers une méthode d’analyse d’une représentation de territoires, thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la communication, sous la direction de Viviane Couzinet, soutenue à l’Université de Toulouse 3 Paul Sabatier, le 13 novembre 2015, 553 pages.

Par Françoise Bahoken[1]

Cette thèse réalisée en Sciences de l’information et de la communication (SIC) vient à point nommé à l’heure du Tous Cartographes ! une expression introduite par Thierry Joliveau pour caractériser la période actuelle, davantage focalisée sur une production de cartes qui relève du « mapping » que d’une « cartography »,  conséquence de l’arrivée dans le paysage de cartographes qui n’ont pas été formés à la méthode cartographique au sens historique, scientifique. L’informatisation générale de la société a considérablement modifié le paysage de la carte et de ses acteurs, tant du point de vue de leur production que des usages qui en découlent, liés à l’ouverture de nouvelles expériences cartographiques.
Richement documentée et illustrée, la thèse de Nathalie Joubert contribue en effet à étudier la carte pour elle-même, en la replaçant au centre d’un débat situé à l’intersection de la scientificité, de l’art et de la communication visuelle. L’approche ainsi mise en œuvre, focalisée sur l’étude de l’objet carte en tant que corpus documentaire traduit une approche spécifique aux SIC. Elle diffère d’une approche qui serait située en géographie – la discipline qui a pourtant précocement pris en charge la cartographie – dans le sens où elle ne va pas nécessairement considérer l’ingénierie de la chaîne de production cartographique, le process en tant que tel, ni nécessairement interroger ses capacités informatives, illustratives ou de prospective d’un sujet donné. Cette approche documentaire est ainsi susceptible d’enrichir la pratique d’une cartographie fondée, avant tout, sur les méthodes de production de documents surtout informationnels, aux fonctions bien définies.

Si l’influence de la carte, considérée comme un document majeur à divers titres, dépasse aujourd’hui le strict champ de la géographie, plus généralement des Sciences humaines et sociales, l’autrice évoque, dès l’introduction générale, le peu ou le manque d’intérêt dont elle fait l’objet, dans le milieu des bibliothèques notamment universitaires, y compris après le tournant spatial des années 1970. Le développement de méthodes d’analyses quantitatives spécifiques au traitement de l’information spatiale et territoriale a pourtant largement contribué à l’assise d’une cartographie automatisée, à l’émergence d’une démarche, d’une nouvelle modalité de production d’une carte largement informatisée, d’ailleurs aujourd’hui incontournable en raison de la prégnance des outils à toutes les étapes de sa conception.
Le choix de l’autrice d’étudier cet objet tient à ce caractère fascinant de la carte vue « […] sa supériorité mystérieuse par rapport au texte » (Palsky, 1984) ; aussi à la difficulté de la saisir dans le contexte de la documentation universitaire – l’environnement de travail de Nathalie Joubert – dont l’appréhension est considérée « soit comme un défi […] soit comme un fardeau » (Joubert : 11). Ce besoin de connaissance de la carte va donner lieu à une enquête minutieuse réalisée dans le cadre d’un projet de recherche plus général portant sur la définition de la notion de document en SIC (voir l’Annexe 3, en page 523). L’investigation est menée sur un corpus « invisible » (Joubert : 9), c’est-à-dire sur un ensemble de cartes oubliées du fonds cartographique de l’université de Toulouse 2 qui sera mobilisé dans la troisième partie de la thèse (voir infra).

La première partie de la thèse est dédiée aux aspects théoriques et conceptuels qui président à la caractérisation de la carte en tant que document, c’est-à-dire en tant qu ’« objet qui sert à communiquer l’information » (Meyriat, 1978), par intention ou par  attribution. Comme l’indique Viviane Couzinet (2009) à propos des travaux de Meyriat (ibid.) qui servent de référence en la matière, « le document par intention est celui qui sert à fixer des accords, à relever des données, le document par attribution est un support qui porte des informations mais qui a été fabriqué dans une intention autre » ; il est examiné dans ses différents aspects, depuis l’intention du concepteur aux questionnements des usagers, en passant par les contextes anciens et contemporains de fabrication. L’objet d’étude étant à la fois polysémique et multiple dans ses matériaux, ses méthodes et ses supports, le propos va être centré sur la carte qui sert de support d’informations scientifiques et techniques, donc sur la carte thématique appréhendée comme un « espace documentaire […] pouvant contenir différentes couches d’informations » (Joubert : 21).
La réflexion va dès lors logiquement intéresser différentes disciplines regroupées en deux grandes familles : celle des sciences de l’information et de la communication (la sémiotique, l’art visuel et représentationnel) et celle de la géographie, de la cartographie – présentée comme une science distincte de la géographie – et de l’histoire. Les termes représenter, images, figures, territoires sont également définis dans ces deux contextes. Le fait de représenter, par exemple, est examiné dans ses trois significations : représenter, « c’est rendre perceptible, sensible par une figure, un symbole, un signe » (Joubert : 36) ; c’est mettre à distance via un calque, c’est (se) produire de manière théâtrale, posant ainsi l’acte de construire au cœur du dispositif cartographique étudié.
Pour énoncer l’idée selon laquelle la « […] carte est une création issue d’une construction » (Joubert : 39), l’autrice s’appuie sur les travaux de Gilles Deleuze : « La carte ne reproduit pas un inconscient fermé sur lui-même, elle le construit. […] La carte est ouverte, elle est connectable dans toutes ses dimensions, démontable, renversable, susceptible de recevoir constamment des modifications. Elle peut être déchirée, renversée, s’adapter à des montages de toute nature, être mise en chantier par un individu, un groupe, une formation sociale. On peut la dessiner sur un mur, la concevoir comme une œuvre d’art, la construire comme une action politique ou comme une médiation. » (Deleuze, Guattari, 1980).
La construction cartographique, telle qu’elle apparaît, témoigne de l’intention du cartographe de réaliser un document informationnel. Cette fonction d’informer est analysée du point de vue de la fabrique cartographique, en lien avec des motivations et des choix sous-jacents – les aspects techniques ou géo-cartographiques sont volontairement éludés de l’analyse. Si la thèse présente une belle histoire de la cartographie, l’accent est mis sur les cartes support d’informations scientifiques pour montrer en quoi elles se démarquent des précédentes : leurs finalités clairement informatives n’ont plus pour seule vocation d’aider au voyage (tels les portulans et premières cartes maritimes). L’apparition de cartes portant l’intention d’aménager les assimile à un outil d’aide à la décision autorisant la mise en scène de plusieurs scénarii ou de plusieurs lieux, selon différents points de vue (de la vue de dessus à la vision panoramique de cartes portant sur des conflits).
Si la structure cartographique s’est longtemps appuyée sur la présentation de paysages, la représentation de phénomènes sociaux va progressivement prendre le pas à mesure que les intentions et fonctions vont évoluer, jusqu’à se révéler multiples, la carte ayant potentiellement plusieurs destinataires cibles. Les cartes ont toutes des fonctions bien définies, certaines d’entre elles sont en outre des outils permettant de naviguer ou de commercer ; d’autres sont des moyens de transmission d’une vision du monde (théologique, centrée, politique, propagandiste) ou de présentation de résultats scientifiques ; d’autres enfin peuvent cumuler plusieurs de ces fonctions ou les voir évoluer. C’est le cas de la Table de Peutinger bien connue, jadis un outil de cheminement, aujourd’hui une vocation patrimoniale.

La seconde partie de la thèse propose un essai chrono-typologique de l’évolution de la fabrique et des caractéristiques du document carte, telle qu’elle est réalisée par les géographes et les historiens. Elle considère que la fonction informationnelle est cruciale, sachant que la carte peut remplir une ou plusieurs fonctions qui dépassent celle de son existence. « Ainsi le document n’est-il pas un donné, mais le produit d’une volonté, celle d’informer ou de s’informer » (Meyriat, 1981). L’approche mise en œuvre est critique et considère une définition élargie de la carte. Elle s’inscrit dans la lignée des travaux de Brian Harley pour mieux prendre en compte les documents cartographiques qui s’inscrivent en faux par rapport à une « approche traditionnaliste » de la cartographie, à savoir ceux dont les représentations des territoires, parce qu’elles sont non géométriques (celles des sociétés indiennes, par exemple) ne sont pas appréhendées telles des cartes.
L’histoire qui en est proposée rejoint alors celle de la cartographie (des techniques), dans un vaste panorama des supports mobilisés, depuis la présentation de la première carte rupestre connue à l’émergence d’une cartographie scientifique avec les contributions des savants grecs, arabes puis des hommes d’église européens jusqu’à la cartographie contemporaine. Deux approches sont distinguées pour caractériser la situation actuelle : « celle qui relève du scientifique, de la fabrication traditionnelle, méthodique et conceptuelle, qui s’inscrit dans le temps, et celle plus communicationnelle, éphémère et qui assure un service : trouver un fond de carte personnalisable en quelques clics, géolocaliser un restaurant ou un commerce, calculer l’itinéraire le plus court d’un point A à un point B. » (Joubert : 229).
Un examen attentif des informations fournies par la carte est ensuite présenté, selon qu’elle est vue comme un support d’information, une figure de la réalité et une preuve (pour les cartes topographiques, par exemple), une construction intellectuelle et problématisée (dans le cas des cartes thématiques et des applications issues de l’informatique à la cartographie). Nathalie Joubert s’intéresse en particulier, d’une part, aux caractéristiques textuelles, visuelles et texto-visuelles de la carte ; d’autre part, aux formes de médiations qui sous-tendent sa fabrication. Elle montre ainsi combien la fonction informative de la carte est variée : la carte est dite utilisée soit comme une image du monde ou d’un territoire, soit en tant qu’elle est le témoignage de la possession d’un bien, soit qu’elle est une démonstration d’une situation, enfin, soit qu’elle est une méthode de recherche : « il arrive que la carte soit utilisée comme méthode de recherche lorsqu’elle apporte elle-même une information nouvelle non encore prévue ou pressentie. La carte devient alors un instrument de transmission de messages mais aussi un instrument de résolution » (Tricot, 2006 : 18).
La définition du document carte relève par conséquent de deux aspects que sont le support et le contenu de la communication, l’information : ce « […] qui a un sens pour celui qui l’émet comme pour celui qui la reçoit » (Meyriat, 1981). Cela pose à nouveau la question de l’intention associée au geste cartographique qui est désormais rendue possible par la graphique, laquelle permettant également de s’assurer que la réception lui correspondra – les signes ayant une interprétation unique au sens de logique.
L’expression « communication cartographique » introduite par Gilles Palsky en 1984 sous-entendant dans ce registre l’existence d’une forme de communication typique aux cartes, l’autrice tâche alors de montrer en quoi cette communication – fondée sur un langage à la fois graphique, visuel, textuel, symbolique et artistique – est spécifique. Elle rappelle pour cela différentes motivations des cartographes (telles par exemple la quête d’une description précise, la fidélité au terrain) qui s’inscrivent dans un contexte de fabrication par intention. Le rôle de La carte mode d’emploi de Roger Brunet (1987) est ainsi souligné pour décrire « les habits de la carte » (titre, cadre, légende, échelle, orientation, coordonnées, source, date, nomenclature) (Joubert : 245), de même que celui des variables rétiniennes dont la mise en œuvre requiert un savoir-faire non négociable, ce qui pose la question de l’enseignement de la cartographie, tel qu’énoncé par Michèle Béguin (1990).

La troisième partie de la thèse s’intéresse à la carte en tant qu’objet d’étude pour les sciences de l’information et de la communication. Elle s’appuie sur l’analyse d’un ensemble constitué de 73 cartes obtenues après sélection dans les résultats d’un sondage effectué au sein de meubles à plans. Ce corpus est formé de documents cartographiques hétérogènes dans leur type, leur forme, leur dimension, leur sujet, leur échelle et leur localisation. Il témoigne d’une diversité de la production cartographique qui est toutefois logiquement partagée en deux grandes familles : celle des cartes thématiques et celle des cartes physiques, elle-même scindée en groupes de cartes ethnologiques, économiques, énergétiques, agricoles, routières et touristiques, thématiques diverses et physiques. Ces groupes de cartes vont faire l’objet d’analyses soit générales, soit détaillées. Dans le groupe de cartes ethnologiques, par exemple, la carte Afrique Centrale Esquisse ethnique générale au 1/500 000 de 1957 sera détaillée tandis que la Carte ethnographique de l’Europe centrale de 1942 au 1/000 000 ne le sera pas. De la même façon, dans le groupe des cartes énergétiques, c’est la Major Natural Gaz Pipeline de 1953 qui sera analysée finement et non celle décrivant Le pétrole dans le monde en 1958 (Joubert : 272-273).
Deux groupes de cartes, l’un scientifique et l’autre destiné au grand public, seront passés au crible d’une grille de lecture fine et complète organisée en cinq parties principales à savoir : voir la carte, identifier le document, poser le contexte, évaluer la carte, décrire le contenu. La fonction de support à la collecte d’informations permet en outre d‘explorer et de commenter chacune des cartes. Pour cela, la « scène cartographique » est assimilée à une « scène théâtrale afin d’observer la mise en scène, ou les modalités d’organisation de la carte, les rôles distribués aux acteurs, ou les éléments d’identification et d’énonciation, les dialogues ou les modalités de discours visuels et textuels » (Joubert : 353), autant éléments qui sont examinés.

Au final, une belle thèse, agréable à lire, riche d’informations pour qui s’intéresse à la cartographie générale, à son histoire, à ses procédés de fabrication et à leur évolution, à ses fonctions et ses usages en tant que document. Concernant la fabrication de la carte, il est intéressant de noter que les travaux réalisés en sciences de l’information et de la communication et en géographie convergent dans l’ensemble, ils conduisent à des résultats similaires pour ce qui est des aspects techniques ou sémiotiques.
Si les trois fonctions de la carte (comme source d‘information, outil révélateur de structures sous-jacentes et outil de communication) énoncées en géographie par Colette Cauvin (1997), sont les mêmes qu’en SIC, la carte est toujours une œuvre originale, résultant d’une construction donnant lieu à la symbolisation de l’interprétation d’informations localisées. La grille de lecture présentée dans la troisième partie est un vrai outil de documentation sur la carte qui apparaît réutilisable dans d’autres contextes de réception. Elle permet, comme l’indique l’autrice, d’entrer dans n’importe quelle carte par l’auteur ou par l’illustrateur.

Métadonnées de la thèse

Nom, Prénom de l’auteur : Nathalie Joubert

Titre de la thèse : La fabrique du document carte : vers une méthode d’analyse d’une représentation de territoires

Mots-clés : Carte – Document par intention – Fabrique infocommunicationnelle – Document à réception – Enquête documentographique – Valeurs informative

Université de soutenance : Université de Toulouse 3 Paul Sabatier

Date de soutenance : 13 novembre 2015

Nombre de pages : 516 (298 figures) + Glossaire + Sitographie + Annexes.

Directrice : Viviane Couzinet

Référence Thèses.fr : http://www.theses.fr/2015TOU30192

Références mentionnées

Beguin Michele (1990) Cinquante ans d’enseignement de la cartographie à l’Université, M@ppemonde, n° 90/3, pp. 15-19.

Brunet Roger (1987), La carte mode d’emploi, Paris, Fayard/Reclus, 269 p.

Cauvin Colette (1997), Au sujet des transformations cartographiques de position, Cybergéo, European journal of geography, revue européenne de géographie. [En ligne] URL : https://cybergeo.revues.org/5385 (consulté le 30/07/2015).

Couzinet Viviane (2009), Complexité et document : l’hybridation des médiations dans les zones en rupture, RECIIS Electronic Journal of Communication Information & Innovation, Rio de Janeiro, vol. 3, n°3.

Deleuze Gilles et Guattari Félix (1980), Mille plateaux, Les éditions de Minuit, coll. Critique, Paris, 648 p.

Meyriat Jean (1978), De l’écrit à l’information : la notion de document et la méthodologie de l’analyse du document, Infocom 78, Société française des sciences de l’information et de la communication, premier Congrès, Compiègne. Paris : SFSIC, [repris dans] Couzinet Viviane (dir.) 2001. Jean Meyriat, théoricien et praticien de l’information-documentation. Paris : ADBS éditions, 511 p.

Meyriat Jean (1981), Document, documentation, documentologie. Schéma et schématisation, n°14, 1981, p. 51-6 [repris dans] Couzinet Viviane (dir.), 2001. Jean Meyriat, théoricien et praticien de l’information-documentation. Paris : Ed. ADBS, 511 p.

Palsky Gilles (1984), Des représentations topographiques aux représentations thématiques. Recherches historiques sur la communication cartographique (From topographical to Thematic Maps), Bulletin de l’Association de géographes français, vol. 61, n°505-506, p. 389-398.

Tricot Christophe (2006), Cartographie sémantique, des connaissances à la carte, Thèse de Doctorat en Informatique, Université de Savoie, 278 p.

[1] Chargée de recherches à l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (IFSTTAR), Département Aménagement, mobilité, environnement – AME) ; associée à l’UMR 8504 Géographie-Cités (CNRS, Université Paris 1 et Paris 7), équipe Paris.


Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search