Les usagers des campus universitaires marseillais face à la délinquance et aux incivilités

Compte-rendu de Pierre-Olivier Weiss, Les usagers des campus universitaires marseillais face à la délinquance et aux incivilités, thèse de doctorat de sociologie, sous la direction de Laurent Mucchielli, soutenue à l’Université d’Aix-Marseille, le 3 décembre 2018, 331p.

Par Romain Bijeard1

La thèse de Pierre-Olivier Weiss s’intéresse à la victimation et au sentiment d’insécurité dans les campus universitaires de la ville de Marseille. Il se concentre sur trois des principaux sites : Saint-Charles qui se trouve au cœur de la ville, Saint-Jérôme, dans le 14e arrondissement, qui jouxte les « quartiers nord » ayant aussi bien à l’échelle locale que nationale une mauvaise réputation et enfin, Luminy qui se situe à l’entrée du Parc national des Calanques, à l’extrême périphérie de la cité phocéenne. Les fortes disparités que connaissent ces trois campus par rapport à leur ancrage dans le territoire urbain, ainsi que leur récente refonte administrative et logistique pour cause de fusion des universités de Marseille et d’Aix-en-Provence (en 2012) furent les principales raisons de leur sélection par l’auteur. La thèse de Pierre-Olivier Weiss se découpe en quatre grandes parties. La première partie décrit minutieusement l’ensemble des campus. La deuxième partie présente pour chaque campus, une analyse statistique les résultats de l’enquête sur la victimation et sur le sentiment d’insécurité. La troisième partie, plonge le lecteur dans le quotidien du personnel administratif. Pierre-Olivier Weiss, à travers ses observations directes et les entretiens menés auprès des agents de l’universités, nous fait découvrir les actions et les activités mises en œuvre au sein des campus, pour anticiper et résoudre les problèmes liés aux incivilités et aux dégradations. Enfin, dans la dernière partie, l’auteur pousse l’analyse au-delà des campus, en confrontant les résultats de son enquête empirique avec ceux d’autres études. Il s’appuie notamment sur l’étude réalisée en 2014 par Laurent Mucchielli et Émilie Raquet, qui porte sur les victimations, le sentiment d’insécurité et les peurs exprimées par les Marseillais par rapport à la délinquance existant dans leur ville.

Par un riche travail d’enquête auprès des étudiants et du personnel administratif, mêlant approche qualitative (48 entretiens et observations réalisées) et quantitative (2024 questionnaires analysés), la thèse de Pierre-Olivier Weiss montre que les campus sont globalement des lieux sûrs, bénéficiant d’une clôture « symbolique » avec le monde extérieur. Néanmoins, la réputation des territoires environnants influe sur les éventuelles peurs des usagers et participe également à la mise en place d’une politique de sécurisation par le personnel administratif (par exemple, une entrée contrôlée par une carte magnétique ou la présence d’un gardien de nuit). De plus, l’auteur montre qu’il existe une disjonction entre les peurs exprimées et orientées vers de potentielles intrusions de l’extérieur avec la réalité des victimations et des incivilités qui résultent des flux et des interactions quotidiennes au sein des campus (par exemple, le matin, lorsque les usagers garent leur voiture sur les parkings des campus). Par ailleurs, l’auteur explique que le sentiment d’insécurité au sein des campus croît en fonction de l’environnement naturel extérieur (éléments incontrôlables comme la tombée de la nuit ou la présence d’animaux) mais aussi en fonction de la propreté des campus. Enfin, certains résultats interrogent plus particulièrement, en effet, Pierre-Olivier Weiss montre qu’il existe une corrélation entre le sentiment de victimation, le niveau de diplôme élevé des étudiants et le mécontentement général vis-à-vis des infrastructures sur l’ensemble des campus. Ainsi , on pourrait croire que plus les étudiants avancent dans leurs études, plus ils s’intègrent dans leur environnement quotidien. Cependant, les conclusions de l’auteur laissent apparaître une toute autre réalité, contre-intuitive, de l’intégration au sein d’un espace familier avec le temps. Il s’agit plutôt d’une intégration négative : plus le temps des études s’allonge, plus les étudiants subissent des victimations et se montrent insatisfaits de leur environnement quotidien.

Au-delà de ces conclusions générales, l’auteur montre que chaque campus a ses spécificités qui dépendent de leur inscription dans le tissu urbain et du type de formation et de recherche proposée. Ces spécificités engendrent des formes de victimation différentes chez les étudiants et le personnel universitaire. Les tensions qui en résultent peuvent même être une source de crispation et renforcer le sentiment d’insécurité. Par exemple, le campus de Luminy, situé à la lisière d’une forêt et éloigné de tout centre urbain, suscite chez les étudiants qui y résident une peur accrue à la tombée de la nuit et une insatisfaction par rapport à l’éclairage extérieur. Pour le personnel, le sentiment d’insécurité croît avec la présence de sangliers pouvant détériorer certaines infrastructures (pelouse, poubelle, etc.). De leur côté, les campus situés en centre-ville, subissent la réputation des quartiers aux alentours. Cette situation nourrit chez le personnel – notamment les vigiles – une inquiétude face aux personnes extérieures à l’université qui viendraient dégrader ou occuper illégalement les lieux. Sur le campus de Saint-Jérôme, le sentiment d’insécurité est accru par la présence de produits chimiques et de leur stockage jusqu’à leur retraitement. Ces trois campus pourraient être utilisés comme des modèles dans le cadre d’un travail comparatif avec des université dans d’autres villes françaises. Les logiques d’interaction entre le campus de Saint-Charles et le centre-ville de Marseille seraient-elles les mêmes dans une autre grande métropole ? Des tensions créées par un environnement naturel spécifique pourraient-elles se retrouver dans un campus situé également en extrême périphérie urbaine ou dans une zone rurale ?

La thèse de Pierre-Olivier Weiss se pose comme pionnière, car elle vient non seulement combler le manque de connaissances scientifiques sur le sujet, mais ouvre aussi de nouvelles pistes de recherche sur la vie des campus universitaires et sur les questions relatives aux formes d’incivilité et au sentiment d’insécurité. La démarche adoptée, notamment l’enquête de victimation qui s’appuie sur un outil d’analyse développé initialement par le Centre de Recherches Sociologiques sur le Droit et les Institutions Pénales, reste innovante en sociologie française. Cette approche vient enrichir la sociologie de la délinquance et la sociologie de l’enseignement supérieur. En introduisant une nouvelle problématique, qui met l’accent sur l’ancrage territorial et environnemental des campus, et qui examine les préoccupations des étudiants et des personnels face à l’insécurité et à la délinquance, cette recherche vient également enrichir les travaux sociologiques récents sur la ville de Marseille.

Sources et données primaires

1/ Sur les enquêtes de victimation :
Robert, P., Pottier, M.-L. et Zauberman, R. (2003). Les enquêtes de victimation et la connaissance de la délinquance. Bulletin de méthodologie sociologique, 80, 5-24.
Robert, P. et Zauberman, R. (2011a). Mesurer la délinquance. Paris : Presses de Sciences Po.
Zauberman, R. (2015). Les enquêtes de victimation : Une brève histoire, quelques usages. Idées économiques et sociales, 181,(3), 8-21.

2/ Sociologie de Marseille :
Mucchielli, L. et Raquet É. (2014). Victimation et sentiment d’insécurité à Marseille : Premiers résultats d’une enquête inédite. Faire Savoirs, n°11, 81-93.
Peraldi, M. (dir.), Duport, C. et Samson, M. (2015). Sociologie de Marseille. Paris : La Découverte.

Métadonnées de la thèse

Nom, Prénom de l’auteur : Weiss Pierre-Olivier
Titre de la thèse : Les usagers des campus universitaires marseillais face à la délinquance et aux incivilités.
Université de soutenance : Aix-Marseille Université
Date de soutenance : 3 décembre 2018
Nombre de pages : 331 pages
Directeur principal : Laurent Mucchielli
Référence de la thèse : http://www.theses.fr/s110866

  1. Directeur de projets culturels et européens, amateur de sociologie []

Romain Bijeard

Romain Bijeard, amateur de sociologie et directeur de projets européens et culturels.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search