Le journal comme livre d’histoire : une enquête au XVIIe siècle

Compte-rendu de Virginie Cerdeira, Le Mercure François. Écrire et publier l’histoire du temps présent (1611-1648), thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Guy Le Thiec et Isabelle Luciani, Aix-Marseille Université, soutenue le 8 décembre 2016, 662 + 166 p.

Par Mathieu Grenet1

Certains noms propres attirent sur l’objet auquel ils sont accolés des images ou des expressions qui, au lieu d’en éclairer le sens et la portée, constituent autant d’opérateurs d’opacité. Celui du médecin et journaliste Théophraste Renaudot (1586-1653), parce qu’il est indissociable de l’hebdomadaire La Gazette (publié de 1631 à 1915), a longtemps conduit à ne considérer les différentes aventures éditoriales auxquelles l’homme a participé que sous l’angle de la « naissance », des « origines », voire de l’« archéologie » de la presse écrite française. La belle thèse qu’a consacrée Virginie Cerdeira au Mercure François, paru de 1611 à 1648 et dont Renaudot assura la rédaction à partir de 1639, permet de faire pièce à ces paresseux clichés en s’introduisant, à bonne distance de toute téléologie, dans la fabrique d’un périodique de presse écrite sous Louis XIII. En refusant d’emblée de prendre position dans les débats autour du caractère pionnier du Mercure François dans l’histoire de la presse, l’Auteure assume crânement son choix de ne pas le résumer à son antériorité dans une généalogie culturelle et intellectuelle plus ou moins recomposée, mais de le considérer « pour lui-même en tant qu’objet d’histoire » (p. 19). Sans être entièrement nouvelle, cette démarche prolonge plusieurs enquêtes du Groupe de Recherches Interdisciplinaires sur l’Histoire du Littéraire (GRIHL), lequel a d’ailleurs entrepris un important travail de numérisation de la collection du Mercure François, soit vingt-quatre des vingt-cinq volumes parus.

Composé de plus d’un millier de pages, chacun de ces volumes constitue un objet hybride et choral. Objet hybride, car sa confection procède d’une juxtaposition de textes de différentes natures (déclarations officielles, récits et autres libelles) déjà publiés sous la forme de ce que l’on qualifie alors d’« occasionnels » : plus que leur seule compilation, c’est leur classification et leur ordonnancement au sein du volume qui leur confère un sens spécifique – en l’occurrence, celui que leur donnent les éditeurs du Mercure François. Objet choral, car la mise en série de ces textes crée « un univers de discursivité compacte » (Ch. Jouhaud), traversé par des effets d’écho et d’intertextualité qui participent entièrement de la singularité de l’entreprise éditoriale comme de l’efficacité du projet politique qui la sous-tend.

Dans une première partie intitulée « Genèse d’un livre d’histoire politique » (pp. 43-250), Virginie Cerdeira entreprend une plongée dense et documentée aux sources du Mercure François, entre compilation d’actualités, chronique du temps et livre d’histoire. L’essentiel du propos n’est pas de reconstruire minutieusement une histoire éditoriale encore mal établie : en cinq chapitres d’une écriture fluide et efficace, l’Auteure aborde l’une après l’autre des interrogations classiques de l’histoire du livre (la description physique des volumes, le type d’écriture, l’entreprise éditoriale, le positionnement politique et les enjeux de censure), sans jamais faire mystère des éventuelles lacunes d’une recherche que l’on devine méticuleuse – en témoigne le riche volume d’annexes, dont une bonne partie est consacrée à la matérialité du support écrit. La tension entre périodicité de la publication et écriture du temps se retrouve d’entrée de jeu au centre de l’analyse : de fait, elle offre à l’Auteure l’occasion de certains de ses plus brillants développements sur les modalités d’écriture d’une histoire politique des « quatre parties du monde » à l’époque moderne (p. 99) ou la consommation d’informations dans la France d’Ancien Régime, mais également – et plus largement – sur le rapport à un temps présent à la fois dilaté (du fait du rythme de publication) et concentré (chaque volume couvrant une chronologie ramassée de quelques années). Une autre contribution essentielle de ce travail concerne l’histoire du Mercure François comme projet éditorial : loin de se cantonner à une simple généalogie depuis l’initiative originelle des frères Richer (des imprimeurs-libraires parisiens tout entiers dévoués à la cause de la monarchie) jusqu’à la mainmise de Renaudot sur l’entreprise à partir de 1639, Virginie Cerdeira explore les méandres d’un monde du livre parisien à la fois concurrentiel et travaillé par certaines des grandes fractures du temps. En témoigne le litige entre Jean Richer et Adrien Périer, qui n’oppose pas simplement le détenteur du monopole (décennal) de publication du Mercure François à un collègue indélicat qu’il accuse d’avoir contrefait le premier volume de « son » ouvrage : derrière le contentieux commercial entre deux concurrents liés par d’étroites relations professionnelles depuis au moins deux générations, se profilent, en effet, des enjeux confessionnels (Richer est catholique et Périer protestant) qui influent eux-mêmes sur la trajectoire judiciaire du procès. De fait, l’un des principaux apports de cette thèse est d’explorer les liens étroits entre le projet éditorial du Mercure François et l’administration monarchique de la question confessionnelle : si la parution du premier volume apparaît étroitement liée à l’assassinat d’Henri IV, c’est parce que l’entreprise de Richer s’inscrit dans une démarche d’exorcisme des conflits religieux à travers la promotion d’un consensus autour de la figure royale. Quant à l’interdiction de publication qui touche le Mercure François de 1612 à 1613, elle témoigne d’une volonté de la couronne d’assoir son contrôle sur un organe dont Virginie Cerdeira montre l’importance stratégique dans ce qu’elle qualifie de « publication de l’autorité monarchique ».

C’est ce lien entre écrit et pouvoir qu’explore la deuxième partie de cette thèse (pp. 251-409). En trois chapitres respectivement consacrés à l’assassinat du favori de Louis XIII, Concino Concini (24 avril 1617), à l’interdiction des duels (6 février 1626) et à la Journée des Dupes (11 novembre 1630), Virginie Cerdeira propose une réflexion stimulante autour des régimes d’événementialité, dans le sillage notamment des réflexions essentielles de Christian Jouhaud (2009 et 2015). Menée à travers une étude fine des différents récits publiés (à distance plus ou moins brève) par le Mercure François autour de chacun de ces événements, l’étude de ces trois moments fait en effet apparaître « un lien structurel très clair » entre le journal et la raison d’État (p. 253). Si l’on peut ne pas suivre l’Auteure lorsqu’elle affirme que le Mercure François « particip[e] activement à l’assassinat du maréchal d’Ancre [Concini] » (p. 259), son analyse d’une instrumentalisation mutuelle du politique et du médiatique constitue une précieuse mise en abyme de questionnements dont l’actualité demeure évidente. La figure du rédacteur devient ici plus centrale, puisque l’entreprise de médiatisation et de justification de l’autorité royale se fait au moyen de l’éditorialisation d’une masse hétérogène de textes dont la mise en série vient rendre sens de l’action monarchique. Que ce soit à travers la sélection qu’il opère parmi les écrits qu’il publie (par exemple, en écartant les libelles diffamatoires) ou au fil des commentaires qu’il insère dans le texte, Richer s’affirme ainsi comme un relais particulièrement actif d’abord de l’autorité royale, mais également du pouvoir de Richelieu. En levant le voile sur le rôle du cardinal-ministre non seulement dans la condamnation puis l’exécution du très turbulent François de Montmorency-Bouteville (1627), mais dans la médiatisation même de cette répression, Virginie Cerdeira offre notamment une plongée passionnante dans les usages de l’information – sa diffusion et sa rétention – au service d’une pratique absolutiste du pouvoir (pp. 330-362).

Intitulée « Un périodique de la raison d’État », la troisième et dernière partie de ce travail (pp. 411-597) poursuit l’étude fine des liens entre le Mercure François et l’autorité monarchique, mais cette fois-ci à la lumière d’une série d’inflexions de la politique royale. C’est tout d’abord la reprise des conflits religieux, dont Virginie Cerdeira met le traitement médiatique en regard avec celui des années 1610 pour mieux en faire ressortir les ruptures, voire les contradictions. Une fois encore, l’accent est habilement mis sur le travail éditorial mené par les frères Richer : entre compilation et réécriture des textes publiés dans le Mercure François, c’est la centralité du travail d’« éditorialisation » politique et idéologique mené par les entrepreneurs de presse écrite qui se trouve restaurée pour l’histoire de la circulation des idées politiques. C’est également le cas lors de l’entrée en guerre de la France contre l’Espagne en 1635, qui marque une étape décisive dans l’encadrement étatique de la diffusion d’informations politiques dans le royaume – et plus généralement dans l’opération menée par Richelieu de « contrôle du monde des gens de lettres et du livre » (p. 504). Dès lors, les décès rapprochés de Richelieu (4 décembre 1642) puis de Louis XIII (14 mai 1643) menacent bientôt le subtil équilibre politique sur lequel le Mercure François avait bâti son succès, a fortiori puisque cette double disparition intervient dans un contexte marqué par la concurrence accrue de La Gazette de Renaudot, ainsi que par d’importants bouleversements au sein de l’équipe de rédaction, de publication et de diffusion du Mercure François. L’arrivée du nouveau rédacteur transfuge du principal concurrent ne marque pas un desserrement du contrôle exercé par le pouvoir politique, pas plus qu’il n’ouvre un « âge d’or » du journal : si Renaudot préside – avec un certain opportunisme – à la publication des cinq derniers tomes (XXI-XXV) du Mercure entre 1639 et 1648, le titre finit par disparaître à l’aube du règne de Louis XIV, sans du reste que la régence d’Anne d’Autriche ne paraisse avoir joué de rôle moteur dans cette fin brutale.

Cette coïncidence entre succession monarchique et fin de l’aventure éditoriale du Mercure offre l’occasion de certaines des meilleures pages du travail de Virginie Cerdeira, qui interrogent à nouveaux frais le statut d’une « histoire de notre temps » à l’heure de la mort du roi (pp. 558-592). Ainsi de l’approche comparée des récits que La Gazette et Le Mercure François font de la « bonne mort » de Louis XIII – une mort préparée, acceptée et sereine, placée sous le double signe de la confession et du testament. De fait, cette comparaison permet d’envisager la manière dont chaque périodique, en organisant matériellement sa relation des événements dont il choisit de se faire l’écho (par exemple en choisissant de l’inclure à la fin d’une livraison ou de lui faire ouvrir la suivante, ou en différant l’insertion de telle ou telle récit dans le corpus) participe de formes différenciées de production d’une temporalité collective : en l’occurrence, celle d’une « communauté » de lecteurs qui se donne à voir comme celle du royaume tout entier. À cette aune, l’enquête de Virginie Cerdeira n’est ni une simple histoire des mutations de la raison d’État dans la première moitié du XVIIe siècle au prisme d’un périodique parmi d’autres, ni une tentative d’histoire « totale » d’une entreprise éditoriale, aussi importante soit-elle : il s’agit plus profondément d’une réflexion – fine, subtile et convaincante – autour de la manière dont toute « histoire de notre temps » ne se contente pas d’archiver le passé et de comprendre le présent, mais construit des modes d’intelligibilité du temps et des événements qui sont également des formes collectives d’appartenance et d’identification.

Sources et données primaires

1) Le Mercure François, 25 vol. (les 24 premiers volumes sont disponibles sur : http://mercurefrancois.ehess.fr/index.php?/categories)

2) Périodiques, libelles et pamphlets du XVIIe siècle

3) Archives notariales : minutier central des Archives Nationales de France

Métadonnées de la thèse

Nom, Prénom de l’auteur : Cerdeira, Virginie

Titre de la thèse : Le Mercure François. Écrire et publier l’histoire du temps présent (1611-1648)

Université de soutenance : Aix-Marseille Université

Date de soutenance : 8 décembre 2016

Nombre de pages : 662 + 166 p.

Directeur principal : Guy Le Thiec et Isabelle Luciani

Référence Thèses.fr : http://www.theses.fr/2016AIXM3082

Principales références

Brétéché, Marion. Les compagnons de Mercure. Journalisme et politique dans l’Europe de Louis XIV. Ceyzérieux : Champ Vallon, 2015.

Cassan, Michel. La grande peur de 1610. Les Français et l’assassinat d’Henri IV. Seyssel : Champ Vallon, 2010.

Chartier, Roger (dir.). Les usages de l’imprimé (XVe-XIXe siècle). Paris : Fayard, 1987.

De Vivo, Filippo. Information and Communication in Venice. Rethinking Early Modern Politics. Oxford : Oxford University Press, 2007.

Duccini, Hélène. Faire voir, faire croire. L’opinion publique sous Louis XIII. Seyssel : Champ Vallon, 2003.

Feyel, Gilles. L’Annonce et la nouvelle. La presse d’information en France sous l’Ancien Régime (1630-1788). Oxford, Voltaire Foundation, 2000.

Fogel, Michèle. Les cérémonies de l’information dans la France du XVIe au XVIIIe siècle. Paris : Fayard, 1989.

GRIHL (Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire). Écriture et action (XVIIe-XIXe siècles). Une enquête collective. Paris : Éditions de l’EHESS, 2016.

Haffemayer, Stéphane. L’information dans la France du XVIIe siècle. La Gazette de Renaudot de 1647 à 1663. Paris : Honoré Champion, 2002.

Jouanna, Arlette. Le Prince absolu. Apogée et déclin de l’imaginaire monarchique. Paris : Gallimard, 2014.

Jouhaud, Christian. Les pouvoirs de la littérature. Histoire d’un paradoxe. Paris : Gallimard, 2000.

Jouhaud, Christian. Richelieu et l’écriture du pouvoir. Autour de la Journée des Dupes. Paris : Gallimard, 2015.

Jouhaud, Christian, Ribard, Dinah et Schapira, Nicolas, Histoire Littérature Témoignage. Écrire les malheurs du temps. Paris : Gallimard, 2009.

Lévrier, Alexis et Wrona, Adeline (dir.). Matière et esprit du journal. Du Mercure Galant à Twitter. Paris : PUPS, 2013.

Martin, Henri-Jean. Livre, pouvoirs et sociétés à Paris au XVIIe siècle (1598-1701). Genève : Droz, 1969.

 

  1. INU Champollion, Albi / UMR 5136 Framespa / IUF []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 20/08/2020

    […] Grenet, Le journal comme livre d’histoire : une enquête au XVIIe siècle, Lisons les thèses ! (Carnet Hypothèses) (6 avril 2020) (Compte-rendu de Virginie Cerdeira, Le […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search