Les pratiques de cartographie numérique

Compte-rendu de Jean-Christophe Plantin, Les pratiques de cartographie numérique en ligne. Expression, remédiation, circulation, thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la communication, sous la direction de Laurence Monnoyer-Smith et de Serge Bouchardon, soutenue à l’Université de Technologie de Compiègne, le 6 décembre 2012, 368 pages.

Par Françoise Bahoken [1]

Cette thèse porte sur les pratiques de cartographie numérique en ligne suite à l’accident de Fukushima (2011). Elle voit aujourd’hui son intérêt renouvelé par l’éclairage qu’elle peut apporter à la documentation cartographique actuelle liée à la crise sanitaire du Covid-19. Pour cela, il convient d’abord de la replacer dans son propre contexte [2], la recension proprement dite intervient dans un second temps.

Contexte de la thèse

Cette thèse, soutenue en Sciences de l’information et de la communication (SIC), est réalisée au moment où émerge la néogéographie, une nouvelle ère de la cartographie caractérisée par un bouleversement de ses méthodes, des pratiques et des usages de la carte. La néogéographie qui est pourtant un terme ancien est remobilisée ici pour signifier « (…) coder, mettre en mémoire et traiter [pour les cartographier] les choses et leurs traces » (Dagognet, 1979, cité par Joliveau, 2010). Son avènement au XXIe siècle révèle un double mouvement : un renouvellement technologique de la fabrique cartographique et l’émergence d’une nouvelle forme de carte, le Mashup cartographique ou Web map.

Cette nouvelle carte se distingue fondamentalement des précédentes par son caractère composite et sa présentation sous la forme d’une application informatique dynamique, l’Application programming interface (API), avec laquelle l’utilisateur peut interagir. Il est possible « […] à tout un chacun d’annoter sur le web le monde physique en l’agrémentant du contenu de son choix » (Joliveau, 2010). Parce qu’elle constitue à la fois un défi et un enjeu du web 2.0, son avènement a suscité de nombreux questionnements, une certaine méfiance a priori venant en particulier des communautés de géographes cartographes et géomaticien∙ne∙s se considérant déjà équipées d’outils d’analyse et de représentation, les Systèmes d’Information géographique (SIG). Il faut dire que la méfiance est renforcée par le fait que la Web map émane de nouveaux acteurs de la cartographie qui présentent une caractéristique à peine croyable : celle de « pouvoir » produire des cartes, sans y avoir été formés. La néo géographie revêt alors une importance notable au sens où elle va conduire, de notre point de vue, à l’émergence d’une nouvelle forme d’autorité spécifique à la carte numérique, celle qui est liée à la compétence de développement informatique pour la communication par la carte.

Recension

La thèse de Jean-Christophe Plantin s’intéresse aux cartes géographiques numériques mises en ligne à la suite de l’accident de Fukushima. La Web map y est appréhendée tel un dispositif numérique (Julliard, Bonaccorsi, 2010) permettant la création en ligne de cartes issues du croisement entre un fond de carte numérique et des données, pour produire du contenu.

Dans la première partie de la thèse, après la présentation du cadre théorique et conceptuel, l’auteur adopte une posture réflexive philosophique sur la Web map. Il faut dire que l’analyse présentée fait suite à de précédents travaux de l’auteur, en particulier à un Master of Arts en Philosophie sur la « non existence du concept de carte » chez Gilles Deleuze (1989).

Jean-Christophe Plantin inscrit explicitement son propos dans une approche interdisciplinaire dans laquelle il mobilise des apports de la géographie humaine, de la sociologie et des SIC. Il examine ainsi les pratiques et les usages associés à la cartographie en ligne pour savoir si elles peuvent être appréhendées comme étant réflexives aux niveaux individuels et collectifs des producteurs et usagers. Il s’intéresse aussi à la question de savoir si la cartographie numérique est révélatrice d’une réflexivité liée au support ou non. L’auteur pose notamment la question suivante : « Est-ce que la réalisation de cartes de type mashup est révélatrice d’une réflexivité outillée par le numérique ? » (Plantin, p. 17). Pour y répondre, les trois valeurs de Deuze (2006) que sont la participation, la remédiation et le bricolage sont mobilisées pour analyser les processus de remédiation par la carte numérique.

La fonction de médiation de la carte numérique, c’est-à-dire sa capacité à transmettre, à faire circuler une information grâce à un système codifié, est appréhendée dans la première partie en suivant le questionnement d’Antoine Hennion (1993). « Par quoi faut-il passer pour être ? ». Jean-Christophe Plantin explore cette fonction en prenant les précautions nécessaires liées au danger de « médiation immédiate », autrement dit au danger inhérent à cette « illusion cartographique » (Plantin, p. 10) qui conduirait la Web map à être sur-interprétée au point d’être considérée comme étant le référent lui-même (en l’occurrence le territoire). Cela étant, ce risque est logiquement réduit par le cadre d’analyse critique que l’auteur a pu mobiliser.
Jean-Christophe Plantin replace en effet, aussi, ce dispositif de web mapping dans le temps. Il propose une histoire nécessairement courte des pratiques de cartographie numérique dans plusieurs disciplines : depuis les premiers travaux d’Arthur Robinson, sur l’amélioration de la réception de la carte par le design (Plantin, p. 49) à ceux de Jacques Bertin (1967) créant un répertoire bien connu de signes qui possède d’ailleurs, selon Gilles Palsky (2006), plusieurs points communs avec le Map design et la théorie mathématique de la communication (le Map communication model) de Claude Shannon (1948) qui distingua le cartographe, la carte (l’information) et le public. L’auteur replace bien ce débat en montrant comment cette vision spécifique de la carte a pu être critiquée par des géographes au point d’engendrer deux courants distincts dans la cartographie.

La thèse montre ainsi que la recherche sur l’approche réflexive de la cartographie consiste à s’inscrire dans la lignée des travaux de géographes tels Alan Mac Eachren (2004) ou John Harley (1989) qui consistent, respectivement, à défendre la scientificité de l’objet et à développer une approche critique. La carte numérique, qui apparaît alors dans ce contexte, dans les années 2000, participe en réalité à l’émergence de la néogéographie. Elle « […] se distancie ainsi des pratiques professionnelles des cartographes et des géographes fait que le terme néo géographie recouvre (Eisnor, 2006) (Turner, 2006) » (Plantin, p. 15). À l’époque, les pratiques en question étant liées aux SIG qui ont précédé les Web maps. Distinguée des modèles de cartes antérieurs – que sont la carte topographique des géographes cartographes ; la carte thématique des ingénieurs et médecins et le SIG –, la Web map est présentée comme la carte numérique des programmeurs et des designers d’information. Elle correspond de fait à « […] une ligne de fuite parmi les précédentes formes de cartes » (Plantin, p. 24). « Considérer le dispositif cartographique dans une approche historique invite à minimiser la rhétorique de la nouveauté et de la rupture qui accompagne souvent les TIC : le numérique n’est qu’une ligne de fuite parmi celles qui ont traversé l’histoire de ce dispositif cartographique. » (Plantin, p. 349).
La « ligne de fuite », une expression empruntée à Gilles Deleuze (1989), est mise en emphase dans la thèse avec celle de mouvement. Toutes deux offrent des grilles de lecture permettant à juste titre de considérer l’inscription temporelle de ce nouveau dispositif cartographique (son inscription dans un ensemble de cartes) et cela, en considérant les possibilités inédites de circulation de la Web map entre différents acteurs (en référence au support écran). C’est pourquoi la thèse s’intéresse aux multiples pratiques de la Web map et non à ses seuls usages, un terme jugé trop restrictif par l’auteur, parce qu’il ne permettrait pas de considérer la fonction d’altération liée à la création cartographique en ligne.

Dans la deuxième partie de la thèse, Jean-Christophe Plantin s’intéresse aux procédés de remédiation de la carte en tant que dispositif. Il l’explore alors dans toutes ses dimensions : depuis ses modalités de création et les choix du programmeur à celles de sa réception par un public, en incluant les pratiques sociales qui en découlent.
La thèse montre trois familles de pratiques de cette cartographie numérique. La première d’entre elles est liée au « faire », un terme qui signifie la possibilité « d’altération de textes en ligne » réalisée à titre individuel ou collectif, pour créer un contenu cartographique. À noter que l’auteur ne parle pas d’information, le contenu en question étant dit créé et programmé par des non professionnels (ils ne sont ni géographes, ni cartographes).
La deuxième famille de pratiques concerne le « faire voir » à l’aide de méthodes et de principes élémentaires de sémiologie qui sont appliqués de manière rudimentaire aux différents objets (géo)graphiques (points, lignes, polygones). Ce « faire voir » présente de plus une composante temporelle qui est ici liée à la mise en réseau (sur le web) de ces Web maps.
La troisième famille de pratiques de cartographie numérique est celle du « faire-faire ». Elle est liée à l’intention du créateur de l’application de programmer en amont un certain nombre d’actions réalisables par l’internaute, grâce aux possibilités d’interactivité sur, dans ou en dehors de la carte qui sont liées au web 2.0.

Deux « terrains » sont mobilisés, c’est-à-dire deux jeux de données. Le premier corpus est composé d’un ensemble de 20 Web map qui sont mobilisées dans la deuxième partie et le second est formé d’un réseau de pages web relatives à la controverse liée à l’accident de Fukushima analysée dans la troisième partie.
Ces deux recueils sont examinés au prisme des méthodes d’analyse des dispositifs sociotechniques de manière à traiter « […] de concert les modalités de création d’une carte en ligne et les formes sémiotiques adoptées » (Plantin, p. 27). Ces méthodes sont complétées par une approche plus sensible issue d’entretiens réalisés avec des cartographes en ligne. Le second groupe de cartes a en outre fait l’objet d’une « […] méthode d’analyse des controverses, croisant analyse documentaire de l’événement et réalisation de graphes de sites Web des acteurs » (Plantin, ibid.) pris au sens large, qu’il s’agisse de cartographes ou non.

La troisième partie de la thèse est focalisée sur l’analyse de pratiques de remédiation de la carte numérique inhérentes à une controverse liée à Fukushima.
Jean-Christophe Plantin étudie cet accident en s’appuyant sur un ensemble de pages web constitué suite à un crawl. Il montre comment la demande sociale d’information suite à cette catastrophe nucléaire a entraîné une émulation collective au point de former le corpus de sites qu’il étudie. Il est intéressant de noter que les pages en question, qui émanent de la sphère sociale, sont sorties de leur communauté, ont circulé sur le web jusqu’à atteindre d’autres communautés et « […] revêtir un rôle politique important » (Plantin, p. 350). L’analyse de ce phénomène qui est proposée illustre les possibilités de renégociation d’enjeux liés à cette controverse. Elle est effectuée grâce à un examen du rôle de différents acteurs de la production cartographique contemporaine en ligne.

Pour conclure, l’approche proposée dans cette thèse est autant intéressante qu’enrichissante, tant pour les géographes et cartographes que pour les designers d’informations et développeurs. Une raison essentielle peut être avancée, l’auteur ne positionne pas la Web map en opposition des modèles de cartes précédents, ce qui est fondamental. Suivant la posture de Christian Jacob (1992), il l’inscrit dans un continuum de cartes au support numérique – après avoir montré en première partie que la carte se définissait d’abord par son type de support (Plantin, p. 13-14).

Cette mise en perspective des cartes numériques est positive, elle ouvre inévitablement la voie vers d’autres « lignes de fuite » à venir, les possibilités d’évolution en la matière semblant importantes. Avant cela, la Web map peut être vue comme une source de renouvellement des supports de modèles de carte plus anciens que la mise en ligne sous forme d’API vient notamment illustrer (c’est le cas par exemple des référentiels à grande échelle qui sont issus du renouvellement du support des cartes des Instituts nationaux).

Si les potentialités d’ouverture et d’innovations du support cartographique apparaissent réelles, ce constat est fortement nuancé par l’auteur. Ses propos se parent d’une dimension critique liée à un épuisement personnel du sujet. Jean-Christophe Plantin regrette en effet l’incomplétude, la pauvreté scientifique et graphique de ces Web map, au regard des possibilités technologiques envisageables [sur ce point, rappelons que la thèse a été soutenue en 2012]. Il rappelle également la faiblesse sémiologique de ces cartes numériques souvent limitées aux fameuses puces d’un géant du web. Une figure de la carte numérique « […] déjà moquée par certains cartographes, ceux-ci pointant avec sarcasme une « fièvre des points rouges » (Plantin, p. 345).

C’est cette pauvreté sémiologique qui rend contre toute attente la Web map banale, au regard des autres productions cartographiques contemporaines. De fait, les pratiques et les usages qui découlent de son utilisation ne sauraient être autrement que basiques, puisque finalement, c’est la seule fonction de localisation qui est mobilisée ; les distances et interrelations entre les objets spatiaux n’étant pas considérées. L’auteur énonce plusieurs regrets qui ne sont plus valables aujourd’hui, notamment que les fonds Open Street Map (OSM) susceptibles d’enrichir les vues ne soient davantage mobilisés dans ces cartes du web.

Cet ensemble d’imperfections de la carte numérique est toutefois « […] compensé par l’ingéniosité dont ont fait preuve les internautes dans leur coordination ad hoc » pour les fabriquer. Ainsi, « […] ce n’est pas tant la carte en elle-même qui est innovante, mais les étapes qui la précèdent » (Plantin, p. 347) et celles qui suivent sa création, à savoir l’ouverture des possibilités de circulation autorisant celles de remédiation, d’action sur la carte en elle-même, d’une part, en termes de représentation et d’édition de ses composantes ; d’autre part en termes de composition.

Métadonnées de la thèse

Nom, Prénom de l’auteur : Jean-Christophe Plantin

Titre de la thèse : Les pratiques de cartographie numérique en ligne. Expression, remédiation, circulation

Mots-clés (de l’auteur) : Cartographie numérique – analyse de controverse – Web de plateformes – Graphes du web – Remédiation – Mashups cartographiques – Web mapping – Digital methods –

Université de soutenance : Université de Technologie de Compiègne

Date de soutenance : 6 décembre 2012

Nombre de pages : 368 pages (141 figures) + Annexes (entretiens réalisés).

Direction : Laurence Monnoyer-Smith et Serge Bouchardon

Référence Thèses.fr : http://www.theses.fr/2012COMP2052

Références mentionnées

DELEUZE, Gilles. 1989. « Qu’est-ce qu’un dispositif ? » in Michel Foucault philosophe, rencontre internationale, 9-11 janvier 1988. Seuil. pp. 185-195.

DEUZE, Mark. 2006. « Participation, Remédiation, Bricolage : Considering Principal Components of a Digital Culture. » The Information Society. Vol. 22. n° 2. pp. 63–75.

HARLEY, John B. 1989. « Deconstructing the map. » Cartographica. Vol. 26. n° 2. pp. 1–20.

HENNION, Antoine. 1993. « L’histoire de l’art : leçons sur la médiation. » Réseaux. Vol. 11. n° 60. pp. 9–38.

JACOB, Christian. 1992. L’Empire des cartes : Approche théorique de la cartographie à travers l’histoire. Albin Michel.

JULLIARD, Virginie, BONACCORSI, Julia. 2010. « Dispositifs de communication numériques et médiation du politique. Le cas du site web d’Ideal-Eu. » in Usages et enjeux des dispositifs de médiation, éd. par AGHABABAIE, Mona, BONJOUR, Audrey, CLERC, Adeline, RAUSCHER, Guillaume. Presses universitaires de Nancy. pp. 65–78.

JOLIVEAU, Thierry. 2010, « La géographie et la géomatique au crible de la néogéographie », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #10 | 2010, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 27 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/traces/4847 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traces.4847

SHANNON, Claude E. 1948. « A mathematical theory of communication. » Bell System Technical Journal. Vol. 27. pp. 379–423 et 623–656.

MOLES, Abraham. 1964. « Théorie de l’information et message cartographique. » Science et enseignement des sciences. Vol. 5. n° 2. pp. 11-16.

PALSKY, Gilles. 2011. « Map design vs. sémiologie graphique. Reflection on two currents of cartographic theory. » 25e Congrès International de Cartographie, 3 mars 2011, Paris.

ROBINSON, Arthur H. 1952. The Look of Maps: An Examination of Cartographic Design. ESRI Press.

[1] Chargée de recherches à l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (IFSTTAR), Département Aménagement, mobilité, environnement – AME) ; associée à l’UMR 8504 Géographie-Cités (CNRS, Université Paris 1 et Paris 7), équipe Paris.
[2] Détour suggéré par l’un des relecteurs de la recension.


Françoise Bahoken

Géographe et cartographe, Chargée de recherches à l'IFSTTAR et membre-associée de l'UMR 8504 Géographie-Cités.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search