Les quartiers créatifs : une dynamique de club

Compte-rendu de Basile MICHEL, Les quartiers créatifs : une dynamique de club. Analyse croisée des quartiers des Olivettes (Nantes), du Panier (Marseille) et Berriat (Grenoble), thèse de doctorat de géographie, sous la direction de Christian PIHET, Dominique SAGOT-DUVAUROUX et Emmanuel BIOTEAU, soutenue à l’Université d’Angers, le 16 novembre 2017, 479 pages.1

Par Frédéric LERICHE2

Résumé

La thèse de Basile Michel se présente sous la forme d’un document de 479 pages, comprenant des annexes (43 pages), agrémentées d’une iconographie (cartes, graphiques de réseaux, photos) abondante et de qualité. Elle a pour objet les quartiers créatifs qui se sont formés spontanément dans trois villes françaises (Nantes, Marseille, Grenoble) et interroge les pratiques, les représentations spatiales et les réseaux collaboratifs des travailleurs créatifs (artistes, architectes…) qui y développent leurs activités professionnelles. En quelques mots, la question soulevée par cette recherche est la suivante : le regroupement géographique de travailleurs créatifs dans certains quartiers urbains débouche-t-il sur des fonctionnements sociaux de type « club » ? Mais surtout, en retour, ce principe du fonctionnement en club ne débouche-t-il pas sur le risque de conforter des formes d’entre soi susceptibles de générer un certain conformisme, risquant, in fine, de remettre en cause les dynamiques même de la créativité, lesquelles requièrent – au bas mot – une certaine liberté et une certaine « distance » par rapport à la norme ?

L’introduction, sans doute un peu trop courte mais efficace (pp. 1-5), présente de manière précise la nature du problème soulevé, les hypothèses de travail, la méthodologie retenue, et annonce la structure de la démonstration. La partie 1 (pp. 6-102) pose les fondements théoriques du sujet, définit les concepts clefs mobilisés pour cette recherche (principalement, le concept de « club », mais aussi les concepts de créativité, de cluster, de communs), permet de positionner cette thèse dans le champ des théories traitant de la question des quartiers et des clusters créatifs, et expose l’approche méthodologique. La partie 2 (pp. 103-199) présente de manière étayée les terrains, à savoir trois quartiers urbains péricentraux dits « créatifs », dans les villes de Nantes (Olivettes), Marseille (Le Panier), Grenoble (Berriat). Cette présentation (histoire, composition démographique, statut et image de ces quartiers dans leurs villes respectives) permet au lecteur de se familiariser avec les quartiers ici retenus comme terrains de recherche. La partie 3 (pp. 200-307) porte sur l’analyse de ces quartiers, au prisme du concept de « club », précédemment défini ; Basile Michel y montre comment – de manière spécifique dans chaque cas – les clubs articulent logiques de fermeture et d’ouverture. La partie 4 (pp. 308-375) vise quant à elle à répondre aux questions soulevées par les mécanismes sociaux de club dans les quartiers créatifs à la fois en termes de cohésion sociale et de développement économique : stimulation de la créativité et des formes de partage d’une part, enfermement dans l’entre soi (et risque d’appauvrissement créatif et de fermeture sociale) de l’autre. Basile Michel propose, dans une conclusion un peu trop courte (pp. 376-379), une synthèse de sa recherche, et ouvre des pistes de réflexion pour des recherches ultérieures, notamment autour de la conciliation des enjeux de cohésion sociale et du « vivre ensemble » avec ceux du développement économique et de l’innovation dans les quartiers créatifs, ou encore autour des espaces de coworking identifiés dans la thèse comme des lieux traversés par des dynamiques paradoxales de partage collectif et d’entre soi.

Positionnement scientifique

La thèse s’inscrit dans une géographie à la fois urbaine, sociale et économique qui, par une démarche pluridisciplinaire ancrée en sciences sociales, emprunte et fait se croiser les apports d’autres disciplines (sociologie, aménagement, économie…). La thèse s’appuie principalement sur deux champs théoriques. Ainsi, cette recherche mobilise-t-elle, d’une part, les concepts de « club » (Buchanan, 1965 ; Charmes, 2011) et de « communs » (Coriat, 2015 ; Dardot et Laval, 2015) ; elle s’inscrit, d’autre part, dans la continuité des travaux sur les quartiers et les clusters créatifs (Ambrosino, 2013 ; Evans, 2009). Au regard de l’évolution récente de la recherche sur ces quartiers, la question du club ici soulevée est pertinente et novatrice. En focalisant l’attention sur les mécanismes socio-économiques internes aux clusters créatifs, ce travail apporte en effet un éclairage nouveau sur ces clusters, permettant de décrypter comment les interrelations entre acteurs au sein de ces clusters font système, permettant aussi de saisir l’ambivalence de ce que ce système produit : solidarités, innovation et créativité d’une part, gentrification, risque de fragmentation sociale et baisse de la sérendipité de l’autre.

Évaluation argumentée de la thèse

La structure générale du propos est cohérente, argumentée, et, au final, convaincante au regard du projet assigné à cette recherche, à savoir montrer l’existence de mécanismes sociaux de type « club » dans les quartiers créatifs, et mettre en lumière les enjeux soulevés par de tels mécanismes (en particulier le risque de fragmentation sociale et la baisse de la sérendipité).
La thèse est écrite dans un style agréable, clair et souvent direct, sans fioritures. Basile Michel fournit l’effort d’expliquer systématiquement, dans des introduction(s) et conclusion(s) pour chaque partie / chapitre / section, comment s’articule sa démonstration. À tout moment, le lecteur sait où il se situe dans le processus général de la démarche de la thèse. Les documents de synthèse, tels que certains tableaux, sont remarquables ; ils attestent d’une grande capacité chez Basile Michel à clarifier et à transmettre sa pensée.

L’approche méthodologique présentée et expliquée in extenso dans le chapitre 3 ne souffre guère de critiques et constitue l’un des points forts de la thèse, tant la démarche et les outils méthodologiques sont maitrisés. Le volume d’entretiens est impressionnant (199 entretiens longs, réalisés auprès d’acteurs clefs de ces quartiers, comme par exemple des chefs d’entreprises et des représentants du monde associatifs) et le croisement des outils est probant (entretiens, cartes mentales, analyse de réseaux). Le travail de collecte de données est en outre adossé, d’une part, à une solide maîtrise de la bibliographie et de la littérature grise portant sur les villes et quartiers étudiés et, d’autre part, à une démarche empirique d’observation et d’« arpentage » du terrain. Ce travail en profondeur permet à Basile Michel de connaître de manière approfondie les trois quartiers étudiés, et d’en faire part avec clarté. La manière de traiter ensuite les informations collectées est rigoureuse ; l’intégration des éléments empiriques dans la démonstration (en particulier sous la forme de citations des acteurs interviewés, mais aussi sous la forme de cartes mentales) est bien menée, la représentation graphique (figures représentatives des réseaux sociaux par exemple) est de qualité. Enfin, le traitement parallèle des trois terrains, via une grille analytique thématique, est convaincant, et permet de souligner les points de convergence et les points de divergence de ces quartiers pour, au final, proposer une montée en généralité étayée.

En termes théoriques, deux points forts de ce travail méritent attention. Premier point, Basile Michel produit un effort théorique attestant d’une grande maturité intellectuelle et scientifique. La première partie propose, dans le chapitre 1, un tour d’horizon théorique de la question de la créativité dans son rapport à l’espace urbain, puis, dans le chapitre 2, une définition claire du concept de club (ici entendu comme un regroupement fonctionnel et/ou géographique d’acteurs qui partagent l’usage de biens, de services, de ressources dont l’accès est exclusivement réservé aux membres), précisant au demeurant la manière dont ce concept peut ici être utile pour éclairer la relation territoire / créativité. Second point, dans la conclusion de la partie 3, Basile Michel propose une lecture pertinente des externalités territoriales et externalités de réseau ancrées dans les quartiers étudiés. Il dégage en effet les structures internes de ces clusters, distinguant : (1) les travailleurs qui ont accès uniquement aux ressources et aux biens liés au territoire et les travailleurs ayant accès en outre aux ressources et aux biens liés aux réseaux collaboratifs ; (2) les acteurs centraux, moteurs du club, et les acteurs périphériques, certes majoritaires mais non initiateurs dans la production des biens et des ressources du territoire ; (3) trois catégories de ressources selon leur niveau d’accessibilité, à savoir les ressources accessibles à tous (localisation, ambiance, réputation du quartier), les ressources partagées avec d’autres acteurs du quartier ou de la ville (habitants, passants – tels les touristes –, puissance publique), les ressources réservées à l’usage des membres du club (matériel et locaux mutualisés, carnets d’adresses, réseaux d’entraide…). C’est là de l’une des grandes leçons théoriques de son travail.

D’autres résultats sont également à mettre en avant. Relevons en particulier : (1) l’idiosyncrasie des trois quartiers, mais, en même temps, le caractère commun des trajectoires de reconversion et de développement ; (2) la démonstration que dans chacun des trois quartiers existent des clubs de travailleurs créatifs, aux caractéristiques certes quelque peu distinctes ; (3) l’idée que quelques quartiers sont dotés d’une capacité à générer de la « polarité créative » ; (4) la localisation péricentrale de ces quartiers créatifs, soulevant des enjeux urbains bien identifiés (gentrification notamment) ; (5) les relations des travailleurs créatifs aux quartiers et aux habitants « non créatifs », aux formes différentes selon les cas.

Liste des sources ou corpus mobilisés dans la thèse

La bibliographie abondante de la thèse se compose notamment de références clefs sur les champs théoriques mobilisés :

1) Quartiers et clusters créatifs :

  • Ambrosino C. (2013). « Portrait de l’artiste en créateur de ville. L’exemple du quartier artistique de South Shoreditch à Londres ». Territoire en mouvement, n°17-18, p. 20-37.
  • Evans G. (2009). « From cultural quarters to creative clusters: creative spaces in the new city economy ». In Legner M. (éd.). The sustainability and development of cultural quarters: international perspectives. Stockholm: Institute of Urban History, p. 32-59.

2) Concept de club :

  • Buchanan J. A. (1965). « An Economic Theory of Clubs ». Economica, vol. 32, n°125, p. 1-14.
  • Charmes E. (2011). La ville émiettée. Essai sur la clubbisation de la vie urbaine. Paris : Presses universitaires de France, 288 p.

3) Concept de communs :

  • Coriat B. (dir.) (2015). Le retour des communs. La crise de l’idéologie propriétaire. Paris : Les Liens qui Libèrent, 297 p.
  • Dardot P. et Laval C. (2015). Commun. Essai sur la révolution au XXIe siècle. Paris : La Découverte, 593 p.

Sources et données primaires

Cette thèse est fondée sur :

  • 199 entretiens semi-directifs avec des travailleurs créatifs, des habitants et des élus
  • 116 cartes mentales récoltées au cours des entretiens.
  • Une base de données sur les réseaux collaboratifs des travailleurs créatifs au sein des quartiers, constituée à partir des entretiens et de recherches complémentaires.
  • Une observation non participante durant les séjours dans les quartiers.
  • Un corpus documentaire web.

Métadonnées de la thèse

Nom, Prénom de l’auteur : MICHEL, Basile
Titre de la thèse : Les quartiers créatifs : une dynamique de club. Analyse croisée des quartiers des Olivettes (Nantes), du Panier (Marseille) et Berriat (Grenoble)
Université de soutenance : Université d’Angers
Date de soutenance : 16 novembre 2017
Nombre de pages : 479
Directeurs : Christian PIHET, Dominique SAGOT-DUVAUROUX, Emmanuel BIOTEAU
Lien theses.fr : http://www.theses.fr/2017ANGE0017
Lien vers la thèse en ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01720500

  1. Une version enrichie est disponible sur Peers []
  2. Professeur des Universités en Géographie-Aménagement, Université de Versailles Saint Quentin-en-Yvelines []

Cécile Armand

Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure (ENS) de Lyon (2006), agrégée d'histoire (2009), docteure en histoire (2017), postdoctorante à Stanford University (2017-8) puis Aix-Marseille Université dans le cadre du projet ERC “Elites, Networks and Power in modern China” (2018-). Ma thèse soutenue à l’ENS Lyon en juin 2017 proposait une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949). Mes recherches actuelles portent sur l’émergence des experts, “l’influence” américaine, la naissance de la presse et d’une “opinion publique” en Chine moderne. Dans une démarche d’histoire sociale, mes centres d'intérêt englobent aussi l'histoire spatiale, les outils et méthodes numériques et l'épistémologie des sciences sociales en général.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search