Le vocatif entre appel et représentation

Histoire de la rhétorique — Wikipédia

Compte-rendu de Christophe Bruno, Les survivances du vocatif dans le français parlé, thèse de doctorat de linguistique générale et phonologie, sous la direction de Dairine O’Kelly, soutenue à l’Université de Toulon, le 7 octobre 2013, 552 pages.

Par Claudia Schweitzer

Résumé non critique de la thèse

Christophe Bruno consacre sa thèse à la description et à l’analyse des marqueurs typiques du vocatif en français. Il propose de considérer les survivances du vocatif latin en français comme un « système casuel originellement déictique » (p. 525). Cette thèse qui clôt le texte, est construite de manière systématique en 6 chapitres qui se répartissent en deux parties équilibrées.

La première partie est un travail sur un corpus oral, enregistré par l’auteur lui-même dans des situations quotidiennes. L’objectif est d’aborder le vocatif d’emblée comme un phénomène de la parole spontanée, même si le recours à des analyses (notamment d’autres chercheurs) à partir de l’écrit s’avère parfois nécessaire.

Le premier chapitre expose de manière détaillée les approches, les méthodes et la constitution du corpus. Bruno se focalise ensuite sur la description syntaxique et prosodique du vocatif qu’il détaille dans les chapitres 2 et 3. Si le deuxième chapitre est consacré à la structure prosodique et le troisième à la macro-syntaxe du segment textuel, les deux approches se croisent obligatoirement, car, comme le souligne Bruno, l’intonation et mélodie sont des indices directs pour le comportement prosodique de chaque macro-syntagme.

C’est dans le 2e chapitre que Bruno introduit la notion de l’apostrophe en tant que figure rhétorique dans laquelle on peut justement trouver le vocatif.  La proximité entre vocatif et apostrophe est ensuite exploitée dans l’objectif de classer le vocatif en français, et Bruno décide de prendre l’apostrophe – pour laquelle les analyses existantes sont beaucoup plus nombreuses – comme base pour la description de l’intonation et de l’expressivité. Pour ce faire, Bruno utilise le schéma prosodique développé par Philippe Martin (2009). Il peut ainsi constater que pour la reconnaissance de l’apostrophe, l’intonation constitue un marqueur important. Se référant à Martin, Bruno regarde différentes attitudes des locuteurs de son corpus et confirme les liens entre la modalité de la phrase et le contour terminal du noyau du segment sur lequel porte l’analyse. Le chapitre finit sur une réflexion sur le mode comme indice d’une attitude psychologique du locuteur, tandis que le cas indique la position du locuteur par rapport à la chose nommée. Etablissant l’analogie entre le cas et le mode, le vocatif constitue « le cas le plus expressif du système casuel » (p. 158).

Le 3e chapitre analyse la prosodie des vocatifs du corpus oral décrit au 1er chapitre du point de vue de la macro-syntaxe, suivant le modèle de Claire Blanche-Benveniste (1990). Cette théorie a été choisie pour assurer une approche de l’oral valide, en correspondance avec une observation de Martin (2009) selon laquelle macro-syntaxe et prosodie ne peuvent se penser l’une sans l’autre. Etudiant les particularités sémantiques et fonctionnels de l’apostrophe, Bruno peut définir le vocatif comme le cas qui « porte le nom qui régit l’apostrophe » et affirmer que « le nom décliné à ce cas aura alors comme accident la seconde personne » (p. 264).

Dans la deuxième partie de la thèse, Bruno aborde l’apostrophe sous trois axes de description : la désignation (chapitre 4), la dénomination (chapitre 5) et la déclinaison (chapitre 6). Le corpus oral de la première partie n’est pas exploité plus loin, et Bruno se concentre sur le travail de donner un cadre théorique à ses observations sur le vocatif, toujours à partir de l’apostrophe.

Dans le 4e chapitre, l’auteur étudie la fonction appellative de l’apostrophe. Pour ce faire, il exploite la théorie du langage de Karl Bühler et considère le langage comme composé de l’expression, de l’appel et d’une représentation. Il détermine le fonctionnement signalétique de l’apostrophe par rapport à la notion de deixis, manifestant les différentes cibles de l’apostrophe comme l’interlocuteur, l’espace ou l’objet. Sont abordés dans ce contexte également les marqueurs prosodiques accompagnant l’apostrophe à l’oral (rallongement, intonation et pauses).

Le 5e chapitre est consacré à l’étude de la fonction représentationnelle qui complète la fonction appellative, détaillée dans le chapitre précédent. Toujours sur la base des théories de Bühler, Bruno aborde le champ symbolique mis en jeu par l’apostrophe. Il s’intéresse aux emplois subversifs (c’est-à-dire des apostrophes non-destinées à appeler, mais à avertir) ainsi qu’à l’insulte qui constitue dans cette réflexion un cas particulier.

Dans le 6e chapitre enfin, Bruno revient à l’aspect casuel et distingue alors nettement l’apostrophe, défini comme « groupe accentuel dont le nom recteur est adressé à la personne de l’allocutaire » du vocatif, un « cas de flexion nominale, reconnaissable dans la forme que prend le nom en apostrophe » (p. 428). Cette distinction établie, il devient possible de situer le vocatif français en le comparant avec celui d’autres langues indo-européennes (gaélique, irlandais, polonais, bulgare, ukrainien…). Bruno définit ainsi le vocatif dans la conclusion de sa thèse comme « le cas qui permet de lier le nom au monde de l’iste-deixis, notamment dans les langues où cette marque permet de symboliser un contact réprouvé par l’environnement culturel » (p. 523-524), le mode de « l’iste-deixis » étant caractérisé par le fait que l’attention du destinataire porte sur lui-même.

Situation dans le champ de la recherche

Au sein des études linguistiques, les travaux sur le vocatif sont plutôt rares, et cela d’autant plus lorsqu’il s’agit d’étudier ses caractéristiques prosodiques. Bruno cite quelques textes, par exemple l’article « Apostrophe linéarisée, constituant disloqué et relation à la proposition hôte » de Catherine Détrie (2009), comme typique pour les travaux récents, abordant le phénomène comme un problème de dislocation.

Le défi est alors défini comme le développement d’une méthode, permettant d’obtenir des résultats d’une portée générale (et ainsi l’établissement d’une relation univoque entre la phrase et d’autres constituants détachés qui l’accompagnent) et rendant compte de l’oralité, voire de la spontanéité qui sont liées à l’utilisation du vocatif à l’oral. Bruno propose une analyse qui combine plusieurs approches : le cadre de la macro-syntaxe, assurant l’opposition facile de l’oral à l’écrit, et des théories sur l’expressivité et sur la représentativité. Dans chaque chapitre, plusieurs références sont discutées, avant que l’avantage de l’appui théorique choisi ne soit démontré. Parmi les nombreux auteurs cités on peut notamment mentionner Alain Berrendonner, Nicolas S. Troubetzkoy, Gustave Guillaume, Karl Lorenz, Emile Durkheim et Bronislaw Malinowski.

Pour rendre compte de l’oralité du vocatif en français, Bruno trouve une approche originale : après l’analyse d’un corpus personnel qui lui permet de poser certaines problématiques liées à l’interprétation et au classement du vocatif en français, il s’appuie sur des théories connues et reconnues qu’il exploite en fonction de sa problématique. On assiste alors à une réflexion dans laquelle chaque chapitre se nourrit des réflexions du précédent, y ajoutant souvent des regards sur d’autres théories et modèles existants. Les trois principaux modèles choisis (Martin, Blanche-Benveniste et Bühler) ne sont certainement pas les seuls possibles, mais l’argumentation de Bruno, et notamment le potentiel explicatif de ces trois modèles en question dans une perspective interactionnelle, est tout à fait convainquant.

La méthode choisie souligne l’originalité de cette approche aussi par le fait qu’elle témoigne des débuts des recherches de l’auteur dans le champ de la linguistique interactionnelle. Partant des résultats de son corpus oral, soigneusement exploité selon les théories prosodiques (Martin) et syntaxiques (Blanche-Benveniste), la première partie du texte décrit les manifestations possibles de l’apostrophe sur lesquelles les théories de la désignation et de la dénomination permettent ensuite de porter un nouveau regard. Les constats descriptifs, établis à partir du corpus oral dans la première partie de la thèse, ont pu être approfondis à l’aide des théories linguistiques choisies et notamment celle du psychologue Karl Bühler, mais aussi du regard dans l’histoire du français et de la détermination de la place du vocatif français en comparaison d’autres langues indo-européennes. Cette richesse donne évidemment aux analyses une nouvelle profondeur par rapport aux travaux existants sur le vocatif. Les résultats de la thèse de Bruno seront notamment profitables aux linguistes intéressés par l’étude de l’expressivité vocale, par l’histoire des théories du « cas » de la langue française et par les modèles interactionnels. Ajoutons que grâce à un souci constant de précision, Bruno démêle de manière probante les différentes terminologies que l’on rencontre dans la littérature sur le vocatif et sur l’apostrophe.

Sources et données primaires

1. Sources écrites

BLANCHE-BENVENISTE, Claire (1989), « Constructions verbales “en incise” et rection faible des verbes ». Recherches sur le français parlé, 9, 53-74.

BLANCHE-BENVENISTE, Claire (1990). Le français parlé. Études grammaticales. CNRS-Edition, Paris.

BLANCHE-BENVENISTE, Claire (1996). « Trois remarques sur l’ordre des mots dans la langue parlée ». Langue française, 111-1, 109-117.

BLANCHE-BENVENISTE, Claire (1997a). Approches de la langue parlée en français. Ophrys, Paris.

BLANCHE-BENVENISTE, Claire (1997b). « Les dispositifs de la rection verbale », in Hanne Leth Andersen et Henning Nølke, Macro-syntaxe et macro-sémantique, actes du colloque international d’Århus. Peter Lang, Berne, 109-117.

BLANCHE-BENVENISTE, Claire et Philippe MARTIN (2011). « Structuration prosodique, dernière réorganisation avant énonciation », Langue Française, 170, 127-142.

BÜHLER, Karl (2009). Théorie du langage. Traduit par Didier Samain, Agone, Marseille.

MARTIN, Philippe (2008). « L’intonation du français : le vilain petit canard parmi les langues romanes ? », Language Design, Special Issue 2, 1-13.

MARTIN, Philippe (2009). Intonation du français. Armand Colin, Paris. Claire Blanche-Benveniste

2. Sources orales : un corpus personnel, enregistré au sein des connaissances de l’auteur, non publié.

Métadonnées de la thèse

  • Nom de l’auteur : Bruno, Christophe
  • Titre de la thèse : Les survivances du vocatif dans le français parlé
  • Université de soutenance : Toulon
  • Date de soutenance : 7 octobre 2013
  • Nombre de pages : 552
  • Directeur principal : Dairine O’Kelly
  • Référence Thèses.fr : http://www.theses.fr/2013TOUL3001

Références

Berrendonner, Alain. 1990. « Pour une macro-syntaxe », Travaux de linguistique 21, 25-36.

Berrendonner, Alain. 2002. « Morpho-syntaxe, pragma-syntaxe », in Hanne Leth Andersen et Henning Nølke, Macro-syntaxe et macro-sémantique, Actes du colloque international d’Århus, 17-19 mai 2001. Peter Lang, Berne. 23-41.

Détrie, Catherine. 2009. « Apostrophe linéarisée, constituant disloqué et relation à la proposition hôte », in Les linguistiques du détachement, Actes du colloque international de Nancy, 2009.

Durkheim, Émile (1960). Les formes élémentaires de la vie religieuse. P.U.F., Paris.

Guillaume, Gustave (1929). Temps et verbe. Théorie des aspects, des modes et des temps. Champion, Paris.

Guillaume, Gustave (1973). Leçons de linguistique 1948-1949 C. Presses Universitaires de Laval, Québec.

Guillaume, Gustave (1975 [1919]). Le Problème de l’article et sa solution dans la langue française. Presses Universitaires de Laval, Québec.

Guillaume, Gustave (1982). Leçons de linguistique, 1948-1949. Tome 3. Presses Universitaires de Laval, Québec.

Guillaume, Gustave (1988). Leçons de linguistique, 1947-1948 C. Tome 8. Presses Universitaires de Laval, Québec.

Guillaume, Gustave (1990). Leçons de linguistique, 1943-1944 A. Tome 10. Presses Universitaires de Laval, Québec.

Guillaume, Gustave (1997). Leçons de linguistique. Esquisse d’une grammaire descriptive de la langue française. Tome 14. Ronald Lowe, Presses Universitaire de Laval, Québec.

Guillaume, Gustave (2004). Leçons de linguistique, 1948-1949. Tome 2. Ronald Lowe, Presses Universitaire de Laval, Québec.

Lorenz, Konrad (1970). Essais sur le comportement humain et animal. Traduit de l’allemand par C. & P. Fredet, Le Seuil, Paris.

Lorenz, Konrad (1978). Ecrits. Traduit de l’anglais par Jeanne Étoré, Flammarion, Paris.

Lorenz, Konrad (1984). Les fondements de l’éthologie. Traduit de l’allemand par Jeanne Étoré, Flammarion, Paris.

Malinowski, Bronisław (1962 [1923]). The language of magic, in The importance of language (Max Black éd.), 72-90. Prentice-Hall, New-Jersey.

Malinowski, Bronisław (1974 [1935]). Les jardins de corail. Maspero, Paris.

Troubetzkoy, Nicolas S. (2005 [1938]). Principes de phonologie. Klincksieck, Paris.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search