Recenseur-e-s

Recenseur-es

Priya Ange est doctorante en anthropologie sociale à l’EHESS sous la direction de Véronique Bénéï avec une thèse en français intitulée « Migration, genre, parenté et personne dans la circulation des bijoux en parentèle tamoule ».  Son travail est une monographie de la population Franco-pondichérienne en diaspora à partir d’une focale sur l’objet bijou, lui permettant de déconstruire les processus sociaux naturalisés et incorporés, en jeu dans les pratiques d’ornementations. Elle examine en quoi ces bijoux cristallisent la production culturelle de la personne et des liens de parenté, de la mémoire, des appartenances nationales et territoriales ainsi que de l’histoire (post-)coloniale de l’Inde française.

Françoise Bahoken est géographe et cartographe, chargée de recherches à l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (Université Paris-est), après une première carrière en tant qu’Ingénieure cartographe. Sa thèse de doctorat réalisée en Géographie – sciences des territoires porte sur les aspects théoriques et méthodologiques permettant de réduire la complexité de la représentation cartographique des mobilités spatiales, sous la forme de flux origine-destination. Spécialiste des questions liées à la représentation de données localisées, elle développe par ailleurs une approche critique dé constructive de la cartographie statistique de mouvements.

Sarah Benabbas est doctorante en droit au Laboratoire de droit privé et de sciences criminelles (Aix-Marseille Université) sous la direction de Sacha Raoult. Sa thèse traite de la question de la clémence, de l’aveu et du pardon devant les juridictions pénales à partir de méthodes mixtes (observations d’audiences, entretiens et analyses de dossiers).

 

 

Romain Bijeard est amateur de sociologie et directeur de projets européens et culturels.

 

 

Habmo Birwe est doctorant en Géographie humaine à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, au sein du laboratoire PRODIG. Après un master pluridisciplinaire sur les questions de territoires et de mobilités à l’Université de Lille 3 et un master en Analyse des politiques publiques à Sciences Po Lyon, il effectue aujourd’hui dans le cadre du programme ECOPPAF une thèse sur le travail carcéral au Cameroun sous la direction de Marie Morelle et de Frédéric Le Marcis. Sa thèse cherche à comprendre les logiques et les pratiques du travail en milieu carcéral en interrogeant les frontières du formel et de l’informel dans les prisons, au Cameroun, et en rendant compte de l’appropriation de l’espace carcéral par les détenus d’une part, et de l’existence d’un continuum socio-spatial d’autre part. L’intérêt de cette recherche, c’est d’étudier l’État en pratique, à partir de la prison et d’interroger la circulation-diffusion des modèles de l’emprisonnement d’une manière empirique à partir d’une réalité encore peu étudiée sur le continent : le travail carcéral.

Damien Carrière est docteur en Géographie du développement de l’université Paris 7 Diderot, où il a obtenu un contrat doctoral en 2015, et de l’Université du Minnesota (en cotutelle). Il est actuellement post-doctorant à l’IRSEM et au laboratoire CESSMA, à Paris 7. Il a soutenu en 2018 un thèse portant sur les Gardiens de sécurité à Delhi, rédigée sous les directions de Véronique Dupont à Paris, et de Vinay Gidwani à Minneapolis. Damien Carrière a également été Visiting Scholar À Columbia University à New York et Writing Fellow à l’université d’Ashoka à Delhi. Son travail porte actuellement sur les changements environnementaux en Inde et la préparation du pays à ces défis.

Roxanne Cesarini. Diplômée en septembre 2016 d’un master en Archéologie médiévale à l’Université d’Aix-Marseille, Roxanne Cesarini a par la suite exercé en archéologie préventive. Doctorante à l’Université d’Aix-Marseille depuis octobre 2019 sous la direction de Nicolas Faucherre (AMU-LA3M) et de Florence Mocci (CNRS, CCJ), sa thèse s’intitule : « Pour une histoire médiévale de la montagne : habitat, activité économique et mobilité dans le massif des Ecrins (Hautes-Alpes) ». Ses thématiques de recherche sont l’occupation et l’exploitation de la montagne, la société et l’économie médiévales, les formes d’habitat en milieu montagnard et les formes de mobilités.

Jules Cistac est doctorant au sein du Laboratoire de droit privé et de sciences criminelles (EA 4690) de l’Université Aix-Marseille. Il prépare une thèse intitulée « Vers un droit de la privation de liberté » sous la direction de Muriel Giacopelli et d’Eudoxie Gallardo. Sa thèse interroge la normativité des sources de soft-law protectrices des personnes privées de liberté et touche également à l’opportunité d’harmoniser les régimes privatifs de liberté (pénitentiaire, rétention administrative des étrangers, hospitalisation sans consentement en service de psychiatrie, locaux de police et des tribunaux). Il s’intéresse également aux thématiques de la sociologie pénale, de la criminologie, du droit pénal et de la procédure pénale.

Eleonora Colangelo (historienne). Diplômée en Philologie et Sciences de l’Antiquité à l’Université de Pise (2015), Eleonora Colangelo est actuellement doctorante en Histoire et civilisations-Sciences de l’Antiquité à l’Université de Paris (Centre ANHIMA, Anthropologie et histoire des mondes antiques), en cotutelle avec l’Université de Pise. Chargée d’enseignement en histoire ancienne à l’Université de Paris (Paris Diderot) et à l’Université d’Évry Paris-Saclay (2016-2019), elle mène actuellement ses recherches à l’Institut italien de Préhistoire et Protohistoire/Musée Archéologique National de Florence. Ses intérêts sont principalement liés à l’anthropologie des mondes anciens, en particulier au polythéisme et à l’onomastique divine en Grèce ancienne. Ses intérêts de recherche parallèles portent sur l’esthétique et le savoir cosmétique en Grèce ancienne, ainsi que sur les archives et l’histoire de l’historiographie moderne concernant l’Antiquité. Elle a mené ses recherches en tant que boursière entre Pise, Paris (EHESS et Université de Paris / Sorbonne Paris Cité, ANHIMA), Oxford (Ioannou Center for Classical and Byzantine Studies / Faculty of Classics / Maison française d’Oxford), Liverpool (Faculty of Classics), Athènes (École française d’Athènes) et Genève (Fondation Hardt pour l’étude de l’Antiquité Classique). Vice-présidente de l’Association des Jeunes Chercheurs en Histoire (2017-2019), et secrétaire de l’association des doctorants et post-doctorants du Centre ANHIMA (2017-2018), elle a codirigé la revue doctorale en sciences sociales Encyclo (Sorbonne Paris Cité, 2017-2018). Elle est membre du Laboratoire d’anthropologie du monde antique (LAMA) de l’Université de Pise et de l’Archaeomusicology Interest Group (Archaeological Institute of America). Page institutionnelle : https://www.anhima.fr/spip.php?article1583&lang=fr 

François-Ronan Dubois — docteur en littératures françaises et francophones, agrégé de lettres modernes, chercheur assistant au Centre de Civilisation Française et d’Études Francophones de l’Université de Varsovie. Spécialiste de l’histoire et de la théorie comparées des médias, en particulier dans trois domaines : l’histoire littéraire et l’histoire du livre en français dans l’Europe de la première modernité, la télévision anglophone des années 1960 à nos jours et les médias de l’explicite sexuel. Carnet de recherches : https://contagions.hypotheses.org/

Antoine Fontaine est titulaire d’un doctorat en géographie et aménagement du territoire. Il est actuellement postdoctorant au sein de l’UMR EVS (5600) et chercheur associé au sein de l’UMR PACTE (5194). Ses recherches portent sur la construction de la transition énergétique selon des focales à la fois spatiales et temporelles. Il s’est notamment intéressé à la territorialisation des politiques publiques du photovoltaïque en France et au développement des coopératives d’énergie renouvelable citoyennes.

 

Claire Fonticelli (géographe), postdoctorante à l’Université de Genève (Projet de recherche Didactique du Paysage, fond FNS). Issue d’une formation initiale en géographie puis en urbanisme, j’ai étudié les sciences du paysage en master puis en thèse au sein de l’école nationale supérieure de paysage de Versailles. J’ai soutenu en 2018 une thèse en sciences du paysage portant sur l’impact des politiques de densification par le logement collectif en périurbain francilien. J’ai par la suite occupé pendant deux ans un poste d’enseignement et de recherche au sein de l’université de Cergy-Pontoise en France, où j’ai enseigné principalement en licence de géographie et en master transport, avant de rejoindre l’université de Genève pour un post-doctorant relié au projet de recherche : la didactique du paysage, enjeu citoyen. Une démarche collective d’expérimentations. Page web : https://halshs.archives-ouvertes.fr/search/index/q/*/authFullName_s/Claire+Fonticelli. Contact mail : claire.fonticelli@gmail.com

Myriam Gibelin est doctorante en droit au Laboratoire de droit privé et de sciences criminelles (Aix-Marseille Université) sous la direction de Sacha Raoult et de Pauline le Monnier de Gouville (Paris 2). Sa thèse traite de la prévisibilité des jugements relatifs à l’indemnisation des victimes d’infractions par les juridictions pénales, à travers l’étude de décisions et entretiens.

 

Pauline Guinard est maître de conférences en géographie à l’Ecole normale supérieure (Paris), membre de l’UMR LAVUE-Mosaïques et de l’UMR IHMC (associée). Spécialiste de l’étude des relations entre villes et arts, en particulier dans le contexte sud-africain, elle envisage cette relation selon deux angles : le rôle des arts dans la production des villes contemporaines et les représentations des villes dans les arts (cinéma, séries télévisées, littérature, etc.). Parallèlement à ses travaux sur l’art, elle développe une réflexion sur la place des émotions en géographie. Elle est l’auteur de deux ouvrages : Johannesburg, l’art d’inventer une ville, paru au Presses universitaires de Rennes en 2014, et Géographies culturelles : concepts, objets, méthodes, paru chez Armand Colin en 2019. Page perso : http://www.geographie.ens.fr/Pauline-Guinard.html

John-Erik Hansson est enseignant-chercheur en études anglophones à l’Université de Cergy-Pontoise et titulaire d’un doctorat du département d’Histoire et Civilisations de l’Institut Universitaire Européen (EUI). Sa thèse, rédigée sous la direction d’Ann Thomson et de Stéphane Van Damme, porte sur l’écrivain William Godwin (1756-1836) et plus particulièrement sur ses livres pour enfants, dans leur contextes intellectuel, littéraire et politique. Il est plus largement spécialiste de l’histoire intellectuelle, culturelle et littéraire de la Grande Bretagne « Romantique » (ca. 1780-1830). ll s’intéresse par ailleurs à l’histoire de la pensée politique radicale aux époques moderne et contemporaine et à l’histoire de la pensée et des mouvements anarchistes.

Laurent Jégou. Géographe et cartographe, Laurent Jégou est maître de conférences à l’Université de Toulouse-Jean Jaurès, après avoir été ingénieur cartographe une vingtaine d’années. Ses travaux concernent principalement deux domaines : la dimension esthétique de la représentation cartographique et l’analyse de jeux de données massifs sur la géographie de la production scientifique mondiale. Il est co-directeur de la revue Mappemonde, qui encourage les jeunes chercheur.e.s notamment par un prix de thèse. Page perso : https://ljegou.github.io/

Muriel Jorge (historienne, didacticienne des langues). Historienne de formation, j’ai également étudié la didactique des langues étrangères avant de soutenir en 2018 une thèse intitulée « Philologie, grammaire historique, histoire de la langue : constructions disciplinaires et savoirs enseignés (1867-1923) ». Je suis actuellement ATER au département de Didactique du Français Langue Étrangère à l’Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3. J’appartiens à l’équipe Histoire des Théories Linguistiques (HTL, UMR 7597) et je suis également membre associée de l’équipe Didactique des Textes, des Langues et des Cultures (Diltec, EA 2288). Je m’intéresse particulièrement à l’histoire des sciences, notamment celle des sciences du langage, ainsi qu’à l’histoire de l’enseignement scolaire et universitaire. Ma période de prédilection est le XIXe siècle.

Marie-Pascale Leclerc. Doctorante en histoire moderne sous la supervision de M. Reynald Abad (Paris Sorbonne) et M. Pascal Bastien (Université du Québec, Montréal).

Frédéric Leriche. Professeur à l’Université de Versailles Saint-Quentin (UVSQ) depuis 2011, Frédéric Leriche conduit des recherches qui croisent géographie économique et géographie urbaine. Intéressé par les moteurs de la croissance des métropoles étatsuniennes, et californiennes en particulier, ses recherches soulèvent, in fine, la question de la puissance des Etats-Unis. Il a publié, notamment : Leriche F. (2018) « La Californie : axis du basculement des Etats-Unis vers un monde pacifico-centré », L’Espace Politique [en ligne], n° 34 / 2018-1. ; Leriche F. et Rubin J. (2018) « Mutations économiques, transformations urbaines, identité territoriale : San Francisco et l’industrie du cinéma », in Katsika K. et al. (éd.), Regards croisés sur la ville américaine : pratiques et légendes urbaines, Presses Universitaires de Franche Comté, pp. 21-43. ; Leriche F. et Suarez M. (2018) « Diriger la culture dans les villes : le cas de Toulouse », in Callu Agnès (éd.), Sociologie des élites culturelles locales, CNRS éditions, pp. 45-61. Scott A.J. et Leriche F. (2018) « Division du travail, développement spatial et le nouvel ordre économique mondial », Les Annales de géographie, n° 723-724, pp. 635-657.Leriche F. (2017) « Du local au global : géopolitique de la Silicon Valley », Revue Diplomatie, n° 85, Mars-Avril, pp 87-91. ; Leriche F. (éd.) (2016) Les Etats-Unis : géographie d’une grande puissance, A. Colin.

Emir Mahieddin. Docteur en anthropologie sociale de l’Université d’Aix-Marseille, Emir Mahieddin est spécialiste des mouvements évangéliques, pentecôtistes et chrétiens charismatiques en Europe du Nord. Après une thèse à l’Institut D’Ethnologie Méditerranéenne Européenne et Comparative (IDEMEC) portant sur les transformations des subjectivités morales dans les pentecôtismes suédois (2009-2015), il a été chercheur post-doctorant au Religion & Society Research Centre de l’Université d’Uppsala (2017-2018). À cette occasion, il a conduit une enquête de terrain sur les Églises pentecôtistes de migrants latino-américains à Stockholm. De 2019 à 2022, il coordonne avec Katarina Westerlund (Université Uppsala) le projet de recherche « Pentecostal Migrants in Secular Sweden », financé par le Conseil Scientifique Suédois. Puisant ses inspirations dans l’anthropologie morale, l’anthropologie du christianisme et l’anthropologie du séculier, ses recherches portent principalement sur les modalités d’interaction avec le divin, le rapport moral au monde des sujets croyants en contexte sécularisé, et sur le vécu religieux dans l’expérience migratoire. Il est l’auteur de l’ouvrage Faire le travail de Dieu. Une anthropologie morale du pentecôtisme en Suède (2018, Karthala).

Paul Maurice est doctorant en histoire à Sorbonne Université, en cotutelle avec l’Université de la Sarre (Allemagne), et chargé de cours en civilisation allemande à l’Université Paris‐Est Créteil. Son sujet de thèse porte sur la permanence des élites traditionnelles et l’intégration des permanents dans l’élite socialiste en RDA et, notamment, sur la figure de l’historien de l’économie, « marxiste-bourgeois », Jürgen Kuczynski.

Valérie Medori Touré est Docteure en sociologie, diplômée de l’Université Ouaga 1 Joseph Ki Zerbo, de Ouagadougou. Durant ses 18 années d’expatriation en Afrique de l’Ouest (Sénégal et Burkina Faso), elle s’est spécialisée dans les domaines de l’éducation et des organisations. Elle vit actuellement à Montpellier et propose des services de consultante internationale avec VMT CONSEILS.

 

Paraskevi Michailidou is currently a doctoral candidate at the University Denis Diderot-Paris 7. Her thesis studies the history of antiquities trade in the late 18th and early 19th century, particularly the trade of greek antiquities between Greece and France and the human network behind the transaction and transfer of objects. She obtained a diploma in Architecture Engineering (2010, Faculty of Engineering AUTH,Greece) and two Master’s degree in History (2014, University Denis Diderot-Paris 7) and Art and Archaeology History (2018, EPHE, Paris). She has been substitute professor in modern history (2016-2019, University Denis Diderot-Paris 7) and research assistant in Equipex D-FIH (2018-2019, Paris School of Economics).

Pascale-Marie Milan est doctorante en anthropologie à l’université Lyon 2 (LARHRA, UMR 5190) en co-tutelle avec l’université Laval (Laval-McGill lab on highland minorities in mainland Southeast Asia, Québec). Ses recherches doctorales portent sur le tourisme et le changement social chez les Na de Chine, et en particulier sur les transformations de la coutume de visite nocturne des hommes chez les femmes et des maisonnées qui sont au cœur de l’organisation sociale des Na. Elle est l’auteur de « Les Na de Lijiazui » (2016).

Laurence Prempain est titulaire d’un doctorat d’histoire de l’Université Lyon 2 (France). Sa thèse est consacrée à l’étude des Polonais·es et Juif·ve·s polonais·es réfugié·e·s en France (1935-1945). Dans une approche genrée, elle y analyse les stratégies mises en œuvre pour faire face à l’exclusion, à l’internement et à la déportation. Elle s’est particulièrement intéressée au silence comme source de stratégies cachées. Laurence Prempain est également diplômée d’un Master2 en gestion et développement de l’entreprise culturelle de l’Université Lyon 2/ARSEC. Elle a organisé plusieurs expositions liées à l’art ou à l’histoire en lien avec l’art en France et en Finlande. Laurence est chercheure associée au LARHRA (Laboratoire de Recherches Historiques Rhône-Alpes, CNRS-UMR 5190) au Centre de Civilisation Française et d’Études Francophones (CCFEF) de l’Université de Varsovie et membre de l’AEMI (Association of European Migration Institutions) ainsi que du réseau Mémorha (Mémoires en Rhône-Alpes). Elle participe au projet de recherches Forgotten Cosmopolitan du Center of Nordic Studies (CENS) de l’Université d’Helsinki.

Juan Javier Rivera Andía is an anthropologist. He has carried out research at various international research centres in Europe, and has published widely on contemporary Andean Quechua indigenous worlds. He  has also contributed to Dissertation Review as a reviewer. More information on his academic webpage.

 

Alexandre Ruelle (historien) est docteur en histoire moderne de l’Université Paris-Seine//Cergy-Pontoise (laboratoire AGORA EA 7392), professeur au lycée Alfred Kastler (Cergy) et vacataire dans son université d’origine au sein de laquelle il a obtenu un contrat doctoral en 2014. En juin 2018, il a soutenu sous la direction de François Pernot une thèse sur la construction territoriale du Piémont-Savoie et l’affirmation de celui-ci comme acteur de la géopolitique européenne aux XVIe-XVIIIesiècle. De façon plus générale, ses travaux portent sur l’histoire de la maison de Savoie et ses relations diplomatiques avec la France, sur l’évolution des frontières du Piémont-Savoie, ainsi que sur la géohistoire de l’Europe d’entre-deux et des Alpes occidentales. Son dernier article « Désenclaver le Piémont-Savoie : les aspirations maritimes d’un État montagnard » est à paraître dans la revue Rives méditerranéennes, n°58, mai 2019, p. 153-171. Il a aussi co-organisé la journée d’études L’Etat et son territoire : construction, déconstruction et reconstruction (Université de Cergy-Pontoise, 15 février 2019) dont les actes seront publiés dans Cahiers d’Agora, n°3, 2020. Plus d’informations sur sa page Academia.

Claudia Schweitzer a une triple formation universitaire et artistique: elle est titulaire d’un doctorat en sciences du langage (2018, Université Sorbonne Nouvelle) et d’un deuxième doctorat en musicologie (2008, Université d’Oldenburg/Allemagne), ainsi que de diplômes des Conservatoires nationaux de musique de Würzburg et de Kassel (Allemagne). Après quatre années d’ATER à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3, elle a aujourd’hui un contrat postdoctoral dans le laboratoire Praxiling, financé par la fondation Thyssen (Cologne) et elle enseigne à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Ses domaines de recherche comprennent : Histoire des idées du son (parlé et chanté) du français aux XVIIe et XVIIIe siècles : description et enseignement ; Description et analyse des unités sonores et de leur expressivité ; Histoire de la prosodie du français ; Histoire de la pédagogie musicale (XVIIe – début du XIXe siècle) ; Histoire culturelle des instrumentistes en France et en Allemagne (XVIIe – début XXe siècle) : recherche en musicologie. Voir sa page personnelle

Paul-Arthur Tortosa est doctorant contractuel affilié à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS, Paris) et à l’European University Institute (EUI), Florence. Il travaille sous la direction de Stéphane Van Damme et Rafael Mandressi sur l’histoire de la lutte contre les épidémies dans l’Italie sous domination française (1796-1814). S’inspirant des méthodes de la microhistoire, il cherche à écrire une histoire sociale et politique des pratiques sanitaires en contexte impérial. Plus d’informations sur sa page Academia.

Pauline Valade est agrégée et docteur en Histoire moderne de l’Université Bordeaux Montaigne. Sa thèse « Réjouissances monarchiques et joie publique à Paris au XVIIIe siècle. Approbation et interrogation du pouvoir politique par l’émotion (1715-1789) » paraîtra en 2019 chez Champ Vallon. Elle a dirigé un numéro de la revue Histoire urbaine, à paraître en 2019 sur le sujet « Sens et Émotions dans la ville : des critères d’urbanité ? (XVIe-XXe siècles) ». Elle est l’auteur de plusieurs contributions et articles dont « Public celebrations and public joy at the beginning of the French Revolution (1788-1791) », French History, Oxford University Press, vol. 29-2, juin 2015, p. 182-203 ou, plus récemment, « Le spectacle contrarié. Mise en scène, performances et réception du spectacle de la joie publique à Paris au XVIIIe siècle », Dix-Huitième siècle, n° 49 « Une société de spectacle » dirigé par Guy Spielmann et Martial Poirson, 2017, p. 219-231. Plus d’informations sur sa page Academia.

Florie Varitille. Doctorante en histoire médiévale, Florie Varitille prépare une thèse intitulée De la tutelle provençale à la tutelle savoyarde. Gouvernement, communautés urbaines et pouvoirs princiers en pays niçois (v.1350-v.1450), sous la direction de MM. Olivier Mattéoni (Paris 1 – LaMOP) et Laurent Ripart (Savoie Mont-Blanc – LLSETI). Ses recherches portent sur les pratiques de gouvernement urbain, sur leur gestion des relations avec le pouvoir princier et sur les modalités de l’écrit urbain. Cette thématique a fait l’objet d’une publication : Benoît Grévin et Florie Varitille, « Mémoire municipale et culture notariale : le cartulaire doré de Digne », Provence historique, 259 (2016), p. 217-238. Plus d’informations sur sa page perso.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search